Violences dans le centre du Mali : L’ONU s’alarme

Un sous-préfet malien et deux autres personnes ont été tués jeudi par l’explosion d’une mine dans le centre du pays en guerre, où l’ONU s’alarme d’une aggravation des violences au cours des dernières semaines.

Un sous-préfet malien et deux autres personnes ont été tués jeudi par l’explosion d’une mine dans le centre du pays en guerre, où l’ONU s’alarme d’une aggravation des violences au cours des dernières semaines. Le sous-préfet circulant dans un convoi militaire a trouvé la mort quand son véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé entre Korou et Dinangourou, a indiqué un responsable du ministère de l’Administration territoriale sous couvert d’anonymat. Deux autres personnes ont été tuées, a-t-il dit, sans préciser s’il s’agissait de civils ou de soldats. Le Mali est en proie depuis 2012 à des violences terroristes ainsi qu’à des violences intercommunautaires qui ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. En dehors des attaques contre l’armée ou les populations, la pose de mines artisanales le long des principaux axes de communication a fait des dizaines de morts chez les militaires et les civils. La mission de l’ONU au Mali (Minusma) s’est alarmée jeudi d’une nouvelle détérioration sécuritaire dans le centre du Mali, en particulier d’une augmentation des violences entre communautés. «Depuis mars, nous avons constaté une hausse dans les affrontements intercommunautaires, mais aussi des attaques contre la population par des terroristes et autres éléments armés», a dit Joanne Adamson, représentante spéciale adjointe de la Minusma à la presse. Entre le 1er mars et le 3 avril, plus de 70 personnes ont été tuées dans des attaques attribuées à des groupes extrémistes, des chasseurs traditionnels dozos et des milices d’autodéfense, a-t-elle dit.

Source: elmoudjahid
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *