Un témoignage émouvant

Une équipe dirigée par le président du CJA était à Kati dans la famille d’Ibrahim Coulibaly, pour présenter ses condoléances. «Je ne pense pas que je serais en mesure de tout vous raconter, mais je peux vous dire que j’ai été surpris et ému par la noblesse de cette grande famille. Le père de notre frère Ibrahim Coulibaly s’est exprimé en ces termes : Ibrahim est votre fils et il est plus proche même de vous que de moi, car vous avez mérité son amour et son attachement.

patrouille mixte autorite interimaire groupe rebelle touareg mnla cja cma gatia bandit armee nord mali tombouctou gao kidal

Le jour que j’ai amené mes 2 enfants pour vous les confier, ce n’est pas par hasard, c’est pour que vous deveniez leur deuxième famille et aujourd’hui, vous êtes devenus leur première famille. Je sais du fond du cœur que si ça ne tenait qu’à vous, Ibrahim ne serait jamais touché même par une épine. Je suis conscient des risques auxquels vous expose votre combat noble et légitime en vous amenant mes enfants.

C’est pour qu’ils apprennent à faire face aux difficultés de la vie et à défendre dignement la justice. Mon fils ou du moins notre fils Ibrahim est mort comme un vrai Bambara ; je suis fier qu’il soit mort arme à la main entre ses frères en défendant une cause juste et noble. Il n’a pas fui, il n’a pas volé ou oppressé un pauvre, c’est pour moi l’essentiel. Mes enfants vous aiment beaucoup et donc Ibrahim est mort pour sa famille avec ses frères et je suis sûr que vous êtes plus endeuillé que moi, car je sais à quel point vous l’aimez et vice versa…

Et je vous dis que toute la famille était là, devant nous, la maman d’Ibrahim, ses frères et sœurs, ses oncles et tantes et les amis de la famille. Malgré la grande épreuve, ils se remettent à Allah et savent comme le père que leur fils est mort de façon honorable pour et parmi des gens qui l’aiment comme leur fils et qu’il aime comme lui comme ses parents. Wallahi, je ne savais pas qu’une telle noblesse existe encore de nos temps. Allahou Akbar ! Bref, ce que j’ai vécu aujourd’hui est sans commentaire. Incha missinegh ye nimoutane nanegh idjanegh a irihoun ititwarhi.»

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *