Un nouvel avocat pour l’avion présidentiel

Il s’agit du très célèbre Secrétaire général de SADI, Oumar Mariko, ravalé par la force des choses au rang de simple auxiliaire du parti présidentiel. Depuis qu’il jouit de la protection du RPM contre la justice, l’ami inconditionnel des putschistes ne rate aucune occasion pour se rendre utile. Sa dernière trouvaille c’et de se faire l’avocat de l’avion présidentiel très critiqué par le commun des mortels. Il est monté au créneau à l’Assemblée nationale pour s’en prendre au FMI qui, selon lui, est mal placé pour s’intéresser à l’achat d’un avion en passant sous silence l’argent détourné des partants volontaires à la retraite

 OUMAR MARIKO docteur politicien parti sadi

Fanta magique

La représentation officielle de Coca-Cola doit des comptes aux consommateurs maliens. Car, les clients potentiels de canettes de la boisson Fanta ont souvent la désagréable surprise de rincer leur gosiller avec de l’eau plate après l’achat de cette marchandise à la fabrication douteuse.

Pour la simple et mauvaise raison que les récipients vides  sont si nombreux dans les stocks qu’ils commencent à infester le marché. Il s’agit de ces canettes hermétiquement fermées qui ne pèsent pas plus qu’une mouche faute de contenu si ce n’est l’air. S’il est possible qu’un contenu liquide se volatilise dans une canette fermée, il est tout aussi logique de s’interroger sur la possibilité d’y introduire autre chose par la même alchimie.

Dans la mare  de Dioncounda

Parlant de l’avion présidentielle ayant servi à moult voyages d’ATT, Moussa Mara, tout nouveau Premier ministre mal venu, selon les caciques du Rpm, a osé lâcher qu’un Etat sérieux ne peut tout seulement pas l’utiliser comme moyen de transport pour son président. Allusion était ainsi faite au manque d’immatriculation du Boeing et aux risques inhérents à cet état de fait. Le chef du gouvernement croyait calomnier de la sorte le régime d’ATT, mais il oublie royalement que le même avion a servi aux multiples déplacements des autorités de la transition dirigée par Dioncounda Traoré. Elles étaient pourtant assez sérieuses, ne serait-ce que durant la période pendant laquelle il se démenait comme un beau diable pour organiser les élections ayant installé les tenants du pouvoir actuel.

Une  équipe de médiateurs en gestation

Après sa nomination en qualité de haut représentant du chef de l’Etat, l’ancien Premier ministre Modibo Keïta est aussitôt retombé dans l’oubli. Il ne s’agit pourtant pas d’une inaction puisque le nouveau responsable du dialogue inter-malien est de plain-pied dans la formation de son équipe. Nos sources ne pipent mot sur l’identité des personnalités choisies pour l’accompagner à relever le défi. Celui-ci est d’autant plus ardu que les mouvements rebelles n’entendent aucun langage en dehors de la médiation externe, seule digne de neutralité à leurs yeux. Ils viennent d’ailleurs de refuser une main tendue des hautes autorités à travers la Minusma. En réagissant aux sollicitations, ils ont estimé que le dialogue inter-malien n’est qu’un piège.

La face cachée de Serval

En dépit d’un net recul des jishadistes dans le Nord malien, l’opération Serval, leur bourreau, continue de pleurer et compter ses morts. La dernière victime en date remonte à une dizaine de jours environ : un soldat tombé sur le rempart est aussitôt rapatrié. Des sources officielles indiquent qu’il est victime d’une mine artisanale dans les zones montagneuses de Kidal. D’autres sources affirment qu’il a laissé sa vie suite aux affrontements intenses entre la force Serval et les islamistes tapis dans le Tegharghar. De quoi douter des circonstances réelles de la mort du tout dernier soldat français tombé dans la région de Kidal.

Flagrante violation de la loi…

La région de Koulikoro demeure sans un président de Conseil régional depuis l’élection de Cheick Fantamadi Traoré comme député à l’Assemblée nationale. Après les différentes convoitises et manifestations d’intérêts pour le poste vacant, les autorités ont promis de le pouvoir mais n’ont pas pu s’exécuter à cause d’ajournements sans fins. Même le nouveau ministre de la Décentralisation en avait donné la ferme promesse sans pouvoir s’exécuter à son tour. Le retard commence à agacer surtout dans les rangs de ceux qui se sont tant sacrifiés pour ramener la chance de leur côté. Il se dit que Daouda Coulibaly, alias RDP, vice-président du Conseil de cercle de Kati, est en meilleure posture pour rafler la mise.

 

Bravo IBK

Après ses nombreux déplacements peu productifs à l’étranger, le locataire de Koulouba semble prêter finalement une oreille attentive aux complaintes et aux critiques parfois très acerbes à son égard. Ibrahim Boubacar Keïta s’est sans doute résout à prendre plus de contact avec les réalités internes puisqu’il n’a jamais séjourné aussi longtemps dans son propre pays, parmi les populations qui l’ont porté au piédestal. Il faut espérer que cette posture ne lui est pas dictée par la gêne d’emprunter si fréquemment un avion tout aussi critiqué que les voyages auxquels il doit servir.

   

La Rédaction

SOURCE: Le Témoin
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *