Un djihadiste devant la CPI pour répondre des crimes commis à Tombouctou

Mohamed al-Hassan,  ancien  commissaire de la police islamique de Tombouctou pour le compte d’Ansar Dine, était à la barre de la Cour pénale internationale à La Haye (Pays-Bas), ce lundi 8 juillet.

Il  est poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis au Mali en 2012-2013. Au cours de cette première phase de sa comparution, c’est le bureau du Procureur qui a eu la parole pour exposer ses accusations. La procureure, Fatou Bensouda, a estimé que Mohamed al-Hassan a joué un rôle « de premier plan dans la commission de crimes » de 2012 à 2013, en tant que « commissaire incontournable», dans l’application de la charia. « Al-Hassan a arrêté des suspects, a spécifié Fatou Bensouda. Il a participé à leur recherche puis à leur interrogatoire pour leur extorquer des aveux. Il a contribué, de manière directe et parfois indirecte, à imposer des châtiments souvent donnés en public, au petit marché et au square Sankoré », nous rapporte la RFI. Les principales interdictions qui étaient sévèrement  punies par le commissaire étaient : la consommation  de la cigarette, de l’alcool, la  célébration  de fête culturelle ou religieuse,  toutes organisations  ou  rassemblements publics, avec l’obligation d’adopter un nouveau code vestimentaire, précisent nos confrères de la RFI. Ces audiences se tiendront jusqu’au mardi 16 juillet prochain, ensuite la chambre préliminaire se prononcera au plus tard le 30 septembre 2019, s’il y a lieu ou pas  d’organiser le procès  contre  Mohamed al-Hassan.

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *