Théâtre opérationnel de l’ONU au Mali : Dix Casques bleus blessés par une mine

15 novembre 2017, le Canada mettait à la disposition des opérations de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU) des hélicoptères et des avions de transport, ainsi qu’une force d’intervention rapide de 200 militaires. 9 juillet 2019, cette promesse d’un contingent de 200 soldats canadiens pour des missions de maintien de la paix n’est toujours pas tenue, plus de 18 mois après l’annonce du premier ministre canadien. Voilà que dix Casques bleus de l a mission de l’ONU au Mali ont été blessés, quatre d’entre eux grièvement, quand le véhicule dans lequel ils prenaient place a roulé sur une mine. Déjà en janvier dernier, une attaque djihadiste, la plus meurtrière contre l’ONU au Mali, avait coûté la vie à dix Casques bleus tchadiens et en blessait 25 autres. La sécurité humaine est pour le moins précaire au Mali avec l’insécurité alimentaire, l’extrême pauvreté, situations généralisées dans toute la région du Sahel et la faiblesse des autorités politiques.

Instabilité depuis 2012 En 2012, ce pays du Sahel, l’un des plus pauvres de la planète, tombait dans la violence à la suite de deux événements : un coup d’État dans la capitale, Bamako et une insurrection islamiste au nord. L’un des enjeux du conflit est le manque de représentation politique des peuples du Nord, dont les Touaregs, depuis la création du Mali en 1960. D’ailleurs, la rébellion de 2012 a mené à la proclamation unilatérale de l’État indépendant d’Azaouad. Avec quelque 16 500 militaires déployés, – essentiellement Africains – la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) s’est amorcée il y a six ans.

Militaires canadiens (Opération PRÉSENCE) Il y a 250 militaires et huit hélicoptères des Forces canadiennes déployés au sein de la MINUSMA. Rappelons que la présence canadienne devait se terminer fin juillet. Cela dit, à la demande de l’ONU, les évacuations médicales (hélicoptères canadiens) se poursuivront jusqu’au 31 août. Depuis le début de la MINUSMA, plus de 175 Casques bleus ont perdu la vie lors d’opérations sur le terrain au Mali Rien que pour l’année 2018, on en compte 22.

Source: rcinet.ca

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *