Situation sociopolitique tendue : Attention, attention, le Mali est au bord d’une guerre fratricide sans précédent

En état d’alerte maximale depuis quelques semaines, les différents états-majors sont en train d’affûter leurs armes. Cette situation est exacerbée par les réseaux sociaux où on assiste à des escalades verbales, des invectives et autre haine de la part d’activistes proches des camps respectifs des différents leaders, et paradoxalement tous réclamant défendre l’intérêt de la nation.

Les tensions politiques et sociales du pays se dirigent stoïquement vers des points de non maîtrise. En effet, depuis quelques temps, les meetings de protestation contre le régime en place ont pris de nouvelles formes et dimensions, allant de la désobéissance civile au vandalisme et au pillage des biens publics et privés, empêchant les paisibles populations de vaquer à leurs occupations. L’atmosphère est donc devenue très délétère entre pro et anti IBK. Le courant de la contestation est mené par le M5-RFP sous la houlette de l’Imam Mahmoud DICKO. De l’autre côté, les partis politiques et autres regroupements au sein de la majorité, soutiennent le Président de la Républiques et les autres institutions, même si, faut-il le reconnaître, ce camp peine à montrer une véritable force de mobilisation. Cette division a ainsi mis à nu les antagonismes à peine voilés dans le milieu religieux. On assiste ainsi à un regard en chien de faillance entre les deux principaux clans rivaux de l’islam au Mali, à savoir celui de l’Islam rigoriste, mené par l’influant Imam Mahmoud DICKO, devenu un farouche opposant au pouvoir d’IBK et celui de l’Islam modéré, amené par le prêcheur Cherif Ousmane Madani HAIDARA, accusé par d’autres de soutien du Président de la République. L’on se souvient de la sortie récente du Président de l’Union des Jeunes Musulmans du Mali, Mohamed Maky BAH, très proche de HAIDARA, qui a dit à qui veut l’entendre, qu’ils ne se resigneront pas face à la menace de renversement de pouvoir par des pseudo religieux se glissant sur le terrain politique. Il rappelle que leur courant est et demeure la seule référence de l’islam au Mali et que nul autre courant ne leur sera imposé par des religieux se cachant derrière la politique. Les positions se sont radicalisées à tel point que les réseaux sociaux sont devenus un véritable ring de boxe où l’on assiste à une escalade verbale, des invectives entre des proches des différents camps. Ainsi, une vidéo du Dr Oumar MARIKO, figure de proue de la contestation, appelant Cherif Ousmane Madani HAIDARA à cesser de soutenir IBK et à venir dans le camp de la contestation, a mis le feu à la poudre. En réaction et dans une vidéo postée sur la page Facebook de Cherifila Douba Douma, un groupe proche de C.O.M. HAIDARA, un jeune traite Oumar MARIKO de tous les noms d’oiseau et de tous les péchés d’Israël avec des extrait de vidéo à l’appui. Il démontre avec une vidéo à l’appui que c’est au contraire Mahmoud DICKO qui a trahi la religion pour avoir transformé des mosquées en QG de campagne pour IBK lors des élections présidentielles de 2013. Le jeune activiste termine sa vidéo en précisant que HAIDARA n’a jamais soutenu quelque candidat que ce soit et il met quiconque au défi d’en apporter les preuves.

Comme si cela ne suffisait pas, nous avons pu remarquer ces derniers temps que devant le domicile du Président de l’Assemblée Nationale, se dressait un impressionnant dispositif de jeunes montrant, au propre comme au figuré, leurs muscles en signe de mise en garde contre toute agression contre leur mentor.

Ces états d’alertes maximales, ces armes affûtées, ces escalades verbales, ses invectives sont malheureusement des signes de la vindicte et de la justice populaires, qui augurent des affrontements fratricides, qui constituent aujourd’hui des menaces plus graves que toutes autres choses à la disparition tragique de notre pays le Mali.

Face à cette situation, votre journal, se fait le devoir d’alerter l’opinion nationale et internationale, afin que les dispositions idoines soient prises pour prévenir une telle tragédie.

MD

  Source: Journal le Pays-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *