Situation sécuritaire au Mali : Alioune Tine, expert indépendant des Nations unies sur les droits de l’homme, tire la sonnette d’alarme

Dans une publication du 2 décembre 2019, les Nations unies tirent la sonnette d’alarme sur la situation sécuritaire au Mali. Une alerte qui s’est faite sur la base du constat de l’expert indépendant des Nations unies au Mali. Les violences sur fond de tensions communautaires ont pris beaucoup d’ampleurs.

Les violences communautaires, les attaques terroristes contre les forces de sécurité et les civils ont connu une recrudescence au Mali. Des violences qui ont profitées de la présence limitée des institutions de l’Etat dans certaines régions du Mali, explique l’ONU à partir du communiqué de presse de Alioune Tine.

Après une visite de 10 jours au Mali, les Nations unies rapportent qu’un de ses experts des droits de l’homme, Alioune Tine, Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Mali, tire la sonnette d’alarme sur la situation sécuritaire de ce pays. « Je suis gravement préoccupé par la dégradation continue de la situation générale en matière de sécurité, qui a maintenant atteint un seuil critique », avertit l’expert.

  1. Tine pointe du doigt le divorce entre les réponses proposées et l’évolution de la crise : « Il est temps de reconnaître l’inadéquation des réponses actuelles en matière de sécurité pour que le Mali puisse adopter des solutions de rechange plus appropriées dès que possible. L’échec prolongé et le manque de présence des institutions de l’État dans de nombreuses régions, ainsi que le climat politique, économique et social désastreux, suscitent de plus en plus de frustration et de ressentiment parmi la population ».

En raison de l’affaiblissement de l’Etat dans des zones de la région de Mopti à cause des attaques terroristes de plus en plus meurtrières, l’expert indépendant de l’ONU constate que les civils sont victimes de violations graves de leurs droits notamment du droit à la vie. Le moral des troupes n’est pas épargné dans leur tactique. À ce rythme, craint M. Tine, cette crise risque de menacer la paix régionale et internationale.

À Tombouctou, Alioune Tine constate une montée en puissance des violences notamment en termes de vol, de viol et d’enlèvements. La criminalité transnationale est également en hausse. Une situation qui menace la cohésion sociale.

Faisant l’état de la situation sécuritaire au centre du pays. Alioune Tine indique qu’entre août 2017 et septembre 2019, 101 incidents de sécurité avec 94 morts, sept enlèvements et 21 vols de voiture ont été enregistrés.

Quant aux violences sexuelles, elles sont également vues en hausse avec 956 cas signalés entre janvier et octobre 2019. M. Tine précise que 43% de ces violences auraient été commis par des membres de groupes armés.

« Les organisations de victimes que j’ai rencontrées ont exprimé leurs craintes face à une explosion des tensions communautaires, conséquence des difficultés rencontrées pour accéder aux services sociaux de base et à l’aide humanitaire », explique M. Tine avant de signaler : « Au centre du Mali, la fréquence inquiétante des attaques terroristes contre l’armée menace les fondements de la sécurité de l’État. Il est également déplorable que des attaques terroristes soient dirigées contre des écoles, avec des propriétés détruites et des enseignants menacés à Tombouctou, ainsi que la fermeture d’un tiers des écoles à Mopti et de 60% d’écoles à Gao ».

L’autre crainte est la détérioration de la situation sécuritaire dans les régions non seulement centre, mais sud de Ségou, Kayes et Koulikoro.

Quant à Kidal, la situation s’améliore, se félicite M. Tine avant de déplorer : « Toutes les personnes rencontrées ont déploré la lenteur avec laquelle l’accord de paix était mis en œuvre ». Il recommande alors aux autorités maliennes la mise en place de toutes les conditions idoines pour l’application de cet Accord : « Il est maintenant urgent de créer les conditions de son succès, notamment en s’assurant que tous les mécanismes sont en place et fonctionnent correctement, en promouvant la transparence et la bonne foi, en veillant à ce que l’État fonctionne dans tout le pays et en trouvant des moyens concrets de lutter contre le terrorisme ».

Face aux défis sécuritaires qui menacent l’unité du Mali, l’expert indépendant de l’ONU recommande aux dirigeants politiques, religieux et traditionnels plus de responsabilités et de se donner la main pour assurer la cohésion nationale et mieux contrer la crise sécuritaire.

M. Tine a saisi cette occasion pour saluer les initiatives du gouvernement malien en termes de lutte contre la corruption par des réformes du système judiciaire afin de rendre la justice plus efficace et équitable.

Selon la publication de l’ONU, Alioune Tine a rencontré le ministre des Affaires étrangères, le président de la Cour constitutionnelle, des membres du corps diplomatique, des agences des Nations Unies et des représentants d’organisations de la société civile, des représentants de groupes armés et d’associations de jeunes et de femmes dans les régions de Tombouctou et de Kidal.

F. TOGOLA

LE PAYS
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *