Signature de l’accord de paix et de Réconciliation au Mali : • Crise ouverte ONU-Etat malien • Passe d’armes entre IBK et Ladsous

Les incompréhensions entre la mission onusienne au Mali et les autorités maliennes, qui ont existé depuis le temps de Berth Koenders ont pris l’allure d’une tension qui évolue sous la cendre. Cette tension a presque flambé à la face du monde lors de la cérémonie de signature de « l’accord de paix et de la Réconciliation », au centre international de conférence, le vendredi 15 mai, donnant lieu à une partie de passe d’armes entre le président IBK et le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsous.

La déclaration du président venait à la fin de la cérémonie, et Ibrahim Boubacar Kéita a mis de côté son discours que ses conseillers avaient longuement préparé, et a choisi de « faire parler son cœur ». De toutes les interventions, c’est celle du Sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsous, qui a fait passer un message du Secrétaire général Ban Ki-moon, qui a le plus choqué le président IBK, et qu’il a répondu.

Ibrahim Boubacar keita president malien ibk Hervé Ladsous secrétaire général maintien paix nations unie onu

Le message de Ban Ki-moon félicite le Gouvernement du Mali, les groupes armés présents, l’Algérie et tous les membres de la Médiation internationale pour ce « texte équilibré et novateur, porteur d’espoir pour l’avenir du Mali, qui est le fruit de dix mois d’intenses discussions à Alger ». Ladsous en transmettant le message a déploré qu’en dépit de tous ces efforts, « de graves violations du cessez-le-feu aient été commises de toutes parts ces dernières semaines ». Il a jugé que ces actions sont inacceptables. Il a appelé toutes les parties à rétablir le cessez-le-feu immédiatement et à reprendre le dialogue pour le consolider, en regrettant qu’une des parties au conflit ne soit pas présente. La cérémonie d’aujourd’hui marque un pas important du long chemin vers la paix.

Selon le message du Secrétaire général de l’ONU, « afin que ce premier pas nous mène à l’établissement d’une paix durable, il nous semble que quatre principes vont devoir gouverner les prochaines étapes: le dialogue doit continuer avec les groupes qui ne sont pas ici aujourd’hui ; la possibilité qu’ils signent l’accord de paix à une date ultérieure doit rester ouverte ; et le fait que seules certaines des parties signent l’accord de paix aujourd’hui ne peut en aucun cas servir de prétexte à la reprise d’opérations militaires contre les non-signataires ».

Le cessez-le-feu et ses mécanismes de gestion devront donc rester en place, et les parties devront respecter leurs engagements à cet égard. Les modalités de mise en œuvre de l’accord devront être revues afin de lancer la mise en œuvre des aspects qui peuvent être appliqués dès à présent et surtout, privilégier la mise en œuvre des aspects à mêmes de favoriser l’établissement d’un environnement propice à la signature de l’accord par toutes les parties, poursuit le message du patron onusien (Lire le message du SG Ban Ki moon en page 2).

Aussi de son côté, le président IBK a-t-il cru devoir répondre à ces quatre points du message du Secrétaire général Ban Ki moon, « en faisant parler son cœur » et s’interrogeant. « Avons-nous jamais violé un cessez le feu ? Avons-nous jamais violé la cessation des hostilités ? Jamais », fait remarquer IBK. Le président a mit de côté aussi le langage diplomatique : « Pour autant Monsieur Ladsous, je l’ai dit au secrétaire général, il serait séant que les Nations-Unies fassent preuve de justice et d’équité à cet égard là.

Chaque fois qu’il y’a eu violation de cessez le feu, violation des hostilités, nous avons acté, nous avons signalé, rarement nous avons été entendu. On nous a toujours dit, oui, les parties. Un peu de respect pour notre peuple », a clamé IBK. « Il faut que l’accord reste ouvert à la signature de ceux qui ne l’ont pas encore compris l’intérêt bien sûr nous y sommes favorables pourvu que ça ne soit pas une prise en otage du Mali et de la paix au Mali, je suis très clair la dessus. Enfin, il [le SG] n’avait pas été aussi direct que vous quand vous avez dit qu’il n’est pas question que l’on profite de l’accord pour attaquer ceux qui n’ont pas paraphé ou signé l’accord, nous ne sommes pas des gueux… », a laissé entendre le président IBK.

Le soir du vendredi, après la signature de l’Accord de paix, la MINUSMA , réagissant après un discours présidentiel corsé, s’est dite en phase avec le Conseil de sécurité des Nations Unies, soulignant que l’établissement d’une paix durable nécessite que l’Accord reste ouvert à l’adhésion des parties restantes ; que le dialogue se poursuive en vue d’obtenir la signature de ces parties dès que possible; que le cessez-le-feu ainsi que ses mécanismes de gestion soient maintenus et que les parties respectent leurs engagements à cet égard. « Depuis son déploiement, la MINUSMA a toujours été aux côtés de tous les maliens, et n’a épargné aucun effort, au prix de trop nombreuses vies humaines, en vue d’aider à la stabilisation du pays.

La MINUSMA a grandement contribué à l’avancée du processus de paix qui a mené à la signature de l’Accord aujourd’hui ». Toutefois, langage et expressions diplomatiques respectés, « la MINUSMA regrette que son impartialité soit régulièrement mise en cause et que ni sa contribution, ni ses sacrifices ne soient reconnus à leur juste valeur ». Aux côtés de nombreux autres partenaires, la MINUSMA ne ménagera aucun effort pour voir aboutir ce processus, et ce, dans l’intérêt du peuple malien en quête d’une paix inclusive, juste et durable, conclut la mission onusienne au Mali.

B. Daou

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.