Signature de l’accord de défense avec la France : Le MP22 qualifie la signature le 25 mai d’une injure aux pères fondateurs de l’OUA

Au 19ème siècle, l’Europe Occidentale comme pour se consoler de la perte de ses empires coloniaux d’Amérique du Nord et d’Amérique Latine qui venait de s’émanciper de son emprise coloniale particulièrement génocidaire dans la partie nord du Continent, envahit et occupa l’Afrique tout entière à l’exception de l’Éthiopie. Une grande partie de l’Asie (du Moyen Orient jusqu’à certaines parties du territoire chinois, en passant par l’Inde et l’Indochine) fut soumise au même régime colonial que l’Afrique. A l’époque, cette entreprise criminelle qui se substituait au commerce triangulaire de la traite des noirs fut justifiée sous le prétexte de civiliser les peuples colonisés. Le comble du cynisme et de l’arrogance de la part de barbares assoiffés de domination, de sang et de profits.

 SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA ASMA CFP ADEMA PREMIER MINISTRE GOUVERNEMENT IBRAHIM BOUBACAR KEITA

Après le colonialisme de civilisation, le colonialisme de protection anti-terroriste ?

Après la deuxième guerre mondiale, la décolonisation devient inéluctable surtout avec le soutien aux mouvements d’indépendance et d’émancipation des peuples et des nations apporté par l’Union Soviétique, le grand vainqueur de cette guerre.

Mais les élites françaises obtuses et toujours imbues d’elles-mêmes ne le comprirent pas très vite. Aussi freinèrent-elles de toutes leurs forces, estimant sans doute que leur «mission civilisatrice» n’était pas terminée. Mais la réaction énergique du Viêt Minh allait leur ouvrir rapidement les yeux avec la cinglante défaite de Diên Biên Phû de mai 1954. C’est donc dans la douleur que les colonialistes français dirent au revoir à leur empire colonial asiatique. Les américains qui prirent leur place au Vietnam du sud connaitront à leur tour la déroute vingt ans plus tard. Le Vietnam était réunifié et libre.

En Afrique, c’est le Maghreb qui initia le processus d’indépendance (Maroc, Tunisie, Libye, Egypte). Mais l’Algérie était trop riche et les colonies noires encore «assez barbares» pour qu’on accède à leur volonté d’indépendance. C’est une insurrection armée qui chassera encore une fois les colonialistes français d’Algérie.

Les révolutions anticoloniales au Vietnam et en Algérie ainsi que le mouvement insurrectionnel de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) décidèrent la France impérialiste à organiser un référendum d’autodétermination en Afrique noire. La Guinée du Président Ahmed Sékou TOURÉ par un vote massif dit oui à l’Indépendance. Elle venait de sceller le sort de l’empire colonial français d’Afrique Noire.

Ainsi de toutes les anciennes colonies afro-asiatiques de la France, l’Afrique Noire est la seule partie où la «décolonisation» a été faite entièrement sans lutte armée, l’insurrection des populations du Cameroun ayant été écrasée par les brutalités les plus inimaginables et l’indépendance octroyée à «ceux qui n’en voulaient pas».

Ce n’est pas non plus étonnant que sur la planète toute entière, seules quinze anciennes colonies françaises ont décidé de renoncer à leur souveraineté monétaire  pour la confier à l’ancienne puissance  prédatrice à travers le Franc Cfa (Franc des Colonies Françaises d’Afrique). Les pays comme la Guinée et le Mali qui ont tenté la voie de cette indépendance économique et monétaire ont eu leur monnaie sabotée pour les convaincre que le nègre ne saurait battre monnaie. Ainsi on voulait montrer à ceux qui seraient encore tentés par cette expérience de réfléchir plus d’une fois avant de s’y engager.

Tout se passe comme si la France coloniale a préparé une cohorte d’agents de la cinquième colonne pour préserver ses intérêts après son faux départ de ses anciennes colonies.

Après avoir échoué à profaner la date sacrée du 20 janvier, date anniversaire de l’armée nationale du Mali, par un accord de défense criminel et insultant pour notre dignité de noir, la France et les apatrides à son service, veulent contourner le sentiment national du peuple malien par un nouvel accord (prévu le 25 mai 2014, date de la fondation de l’Organisation de l’Unité Africaine, une autre injure aux Pères fondateurs du panafricanisme moderne) qui livre le nord du Mali à ceux qui ont initié la rébellion de 2012  dans notre pays afin de le déstabiliser pour mieux le prendre en main comme la chose à eux.

Le président Ibrahim Boubacar KEITA, malgré tous ses discours aux relents nationalistes, discours du reste destinés à amuser la galerie et à tromper notre peuple, participe à un vaste complot contre notre souveraineté en collaborant dans la réalisation d’un vaste plan d’occupation de notre pays par les forces de l’OTAN. Cette occupation sous couvert de lutte contre des terroristes qui se trouveraient dans le sud libyen est inacceptable et mérite une réponse appropriée de la part de toute la nation.

Pourquoi venir occuper le nord de notre pays contre des terroristes qui sont en territoire libyen ? Pourquoi la France et ses alliés ne donnent-ils pas au gouvernement libyen les moyens nécessaires pour détruire les bases terroristes dans le sud du pays ? Ou bien ces bases leurs sont-ils utiles pour les besoins de la cause ? Ou bien est-il militairement  risqué d’aller attaquer les terroristes dans leurs tanières sud libyennes ?

Pourquoi la France et ses alliés locaux veulent-ils détruire les missiles de défense antiaérienne de notre armée nationale ? Est-ce pour mieux  la désarmer pour nous dicter plus facilement les lois de la puissance coloniale ?

Le Mali a-t-il une priorité plus importante que la réunification nationale et l’établissement de la sécurité au nord ? Les maliens peuvent-ils prendre au sérieux une politique qui ne met pas au centre de ses préoccupations le renforcement de notre armée et le départ des troupes étrangères qui sont soient inactives soient hostiles à notre intégrité territoriale ? Cette politique qui préfère acheter un avion présidentiel à 20 milliards de Francs des Colonies Françaises d’Afrique (Francs CFA) alors qu’avec cette somme on pourrait acheter au moins deux hélicoptères de combat pour nos forces armées.

C’est pour cette raison que le MP22 dit non  au redéploiement des troupes françaises à Gao et Tessalit, redéploiement qui conforte la politique française de l’OCRS.

Les chefs d’Etat du Mali, du Burkina Faso, du Niger et du Tchad, en accordant le droit à la France, force supplétive de l’OTAN, d’assurer des opérations de police sur leurs territoires nationaux, mettant ainsi entre parenthèse leurs forces armées et de sécurité, ont trahi leur peuple et l’Afrique. Ce faisant, ils ont rompu le pacte de confiance qui existait entre eux et leur peuple, en tout cas pour ceux qui jouissaient d’une légitimité électorale.

Ces chefs d’état pourraient prendre exemple sur la Mauritanie, l’Algérie ou l’Egypte qui ont su faire face ou sont en train de faire face à des mouvements terroristes sans aide extérieure ni accord de défense. Servilisme, quand tu nous tient !

Considérant que l’occupation du nord du Mali par les forces françaises est la mise entre parenthèse de notre indépendance nationale, l’infiltration de ce qui reste de nos forces armées et de sécurité par les services secrets français et une carte blanche donnée à ces mêmes services pour entretenir «l’irrédentisme touareg» dans l’intérêt de la France et de ses maîtres de l’OTAN, le MP22 réaffirme son opposition totale à la prolongation du mandat des troupes françaises et de la MINUSMA au Mali.

Le Mouvement populaire du 22 mars (MP22) lance un appel pressant à tous les jeunes, à toutes les femmes, à tous les hommes, bref à tous les Maliens épris de paix, de liberté et de dignité à se mettre debout comme un seul Homme pour s’opposer de toutes leurs forces à cet accord infamant qui nous ramène dans les temps honteux et humiliants de la colonisation.

La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

Le secrétariat du MP22 !

SOURCE: Inter De Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *