SAHEL : EMMANUEL MACRON clarifie sa position

 

Le suspense est levé. Négociation avec les terroristes, la France au Sahel, processus de transition en cours au Mali, le président français Emmanuel Macron, a, au cours d’un mini-conférence de presse Visio, décliné les nouvelles orientations de l’Elysée.

Le premier point était fortement attendu lors du sommet de N’Djamena : la présence militaire de la France au Sahel, dont les contours étaient à équivoque depuis mi-janvier 2021, quand le président Macron déclarait une éventuelle révision des effectifs de Barkhane. Emmanuel Macron revient sur sa déclaration. « Je considère que précipiter un retrait français serait une erreur » analyse Emmanuel Macron, plus lucide qu’il y a trois semaines.

« A l’aune des résultats d’une part, du réengagement à la fois politique et militaire du Mali, du Burkina Faso et du Niger » argue Emmanuel Macron, il est judicieux de maintenir les positions françaises voire les renforcer au Sahel.

Une donne qui étonne. Car, en début d’année, on scénarisait déjà l’avenir du Sahel sans la France, après la déclaration d’Emmanuel Macron, qui ouvrait la voie à une possibilité de réduction de l’effectif de ses quelque 5 100 hommes déployés dans le Sahel.

Cependant, les résultats soutenables dont la  » mort de Abdoul Malek Droukdel » affirme le locataire de l’Elysée, et le regain de position par les forces du G5 Sahel, justifient la poursuite de la lutte antiterroriste aux côtés des armées sahéliennes.

Toutefois, ces résultats cités haut comme la mort de Abdoul Malek Droukdel (confirmée par l’armée française depuis Juin 2020), et le regain des positions des soldats du G5 Sahel encore suivi plusieurs mois avant la déclaration d’Emmanuel Macron, en début 2021, d’une éventuelle réduction des effectifs de Barkhane, avant de contrarier cette déclaration, seulement quelques semaines après, portent à interroger l’argumentaire de l’Elysée dans la poursuite de son engagement au Sahel. Surtout, quand on sait que les justifications annoncées aujourd’hui, étaient encore palpables avant la déclaration de Macron il y a à peine un mois.

Si d’aucuns commentent cette « rétrocession » assumée d’Emmanuel Macron comme un ouf de soulagement, d’autres analystes indiquent qu’il fallait s’y attendre. Eu égard à la méthode de : « je suis prêt à faire rentrer mes troupes », dont la politique de l’Elysée semble s’employer depuis peu, afin de démentir le jugement que la France tient à demeurer au Sahel.

Le président français s’est également prononcé, au cours de la Visio conférence de presse, sur la transition en cours au Mali. Pour lui, les autorités de transition malienne, « En quelques mois, ont donné plus de gage que les autorités précédentes en trois ans » a-t-il salué.

Des encouragements, aux allures d’accompagnement de la transition en cours au Mali ? En tous cas, le patron de l’Elysée est formel sur une chose : le délai de la transition à respecter, conformément à la « feuille de route de la CEDEAO » a-t-il déclaré.

Ousmane Tangara

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *