Raison de l’échec des patrouilles mixtes : La CMA et la Plateforme veulent être traitées comme les FAMa

Pour avoir les mêmes avantages que les Forces armées maliennes (FAMa) dans l’organisation des patrouilles mixtes, la Coordination de mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme sabotent le processus de paix.

harouna toureh plateforme gatia cma mnla rebelle touareg

Les patrouilles mixtes sont un pan important du processus de mise en œuvre de l’accord de paix. Elles impliquent les éléments de la Plateforme, de la Coordination et les FAMa. Malheureusement, elles tardent à se concrétiser en raison de la surenchère et le chantage érigé en système par les deux principaux groupes (CMA et Plateforme).

Le Mécanisme opérationnel de coordination (Moc) est mis en place, il reste le démarrage des patrouilles. Sur le sujet, les conditions ont été mises à la disposition du Moc par le gouvernement en finançant les installations et le moyen de locomotion dont une quarantaine de véhicules.

Chaque entité aura 200 éléments. Mais, une nouvelle doléance vient perturber l’évolution des patrouilles mixtes qui, à termes, devraient sceller la confiance entre les parties (Plateforme, Coordination, FAMa).

En début de week-end dernier, c’est le chef d’état-major des forces de la Minusma, Hervé Gomart, qui en a fait la révélation, à savoir que les deux groupes, Plateforme et Coordination exigent au gouvernement malien pour s’engager dans l’organisation des patrouilles mixtes, les mêmes avantages pour leurs combattants que les éléments de l’armée régulière. Une proposition rejetée par le gouvernement.

Par contre, le gouvernement a fixé et alloué les primes de mobilisation comme le stipule l’accord et se voit en même temps mis en minorité par les autres parties signataires. C’est la raison fondamentale du boycott et du blocage du processus de paix.

Dans ce bras de fer qui risque d’avoir des répercussions sur le terrain, la médiation tente de trouver une issue heureuse mais rien ne montre que le gouvernement pourrait aller au-delà de ses moyens. Surtout que l’apport de la communauté internationale se fait toujours attendre pour aider l’Etat dans sa volonté de ramener une paix durable.

Alpha Mahamane Cissé

 

Source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *