Préparatif du Dialogue Politique Inclusif : Le Triumvirat annonce des lueurs d’espoir !

Dans la salle de conférence du Bureau du Médiateur de la République, le mercredi 17 juillet, le triumvirat a rencontré la presse afin d’informer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution des préparatifs du dialogue politique inclusif. Au présidium on pouvait noter aux cotés de Baba Hakib Haïdara, médiateur de la République, Ousmane Isouffi Maïga, ancien PM, Aminata Dramane Traoré, ancien ministre et  Cheick Sidi Diarra, responsable de la commission d’organisation.

Deux semaines après sa 1ère sortie, le triumvirat était encore devant les hommes de média. Cette fois-ci, pas pour expliquer ses objectifs et sa méthodologie, mais plutôt  faire le compte rendu des 1ère  actions déjà menées sur le terrain.

Dans son intervention, le médiateur de la République, a souligné que lui et ses  deux autres collègues ont déjà envoyé des correspondances à des anciens chefs d’Etat, des anciens Premier ministres, des responsables de partis politiques et plusieurs autres personnalités.

Dans le lot des anciens présidents de la République, il dira que le Triumvirat a échangé avec Moussa Traoré et Dioncounda Traoré. « Nous avons pris beaucoup de note de nos échanges avec ces anciens chefs d’Etat » a déclaré Baba Hakib Haïdara, sans pour autant entré dans les détails. A lui de souligner que les autres anciens chefs de l’Etat  seront écoutés à une date de leur convenance.

Interrogé sur le cas Amadou Haya Sanogo, il dira que le triumvirat  n’a considéré que les anciens présidents de la République qui ont occupé cette fonction légalement et constitutionnellement. Sans ouvrir la voie à l’incompréhension,  il a précisé que si les gens estiment important la participation de Amadou Haya, ce dernier participera, sans aucun problème aux débats.

En plus, le Pr Haïdara, a souligné que les anciens Premier ministres, Modibo Keïta, Moussa Mara, Diango Sissoko, Soumeylou Boubeye Maïga et Mme Cissé Kaïdama ont été écoutés dans les locaux des services du médiateur.  De même, il a enchainé pour dire que plusieurs responsables de partis politiques, dont le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé ont été écoutés.

« Nous avons rencontré Soumaïla Cisse deux fois, en tant que  Président du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie et de l’URD.  Il ne  nous a pas dit qu’il n’est pas avec le dialogue. Au contraire, il a souligné qu’il  se préparait à y participer  activement » a-t-il indiqué.

D’après toujours le Pr Haïdara, le triumvirat rencontrera tout le monde, même ceux que se sont déjà positionnés contre le processus de dialogue. A ceux-ci, il précisera que ce dialogue, ne se tiendra pas entre le triumvirat et les politiques, mais plutôt entre Maliens. A lui d’apporter que leur rôle est de faciliter ce processus de dialogue.

Au cours de cette conférence de presse, les hommes de média ont soulevé plusieurs interrogations. Parmi lesquelles, les sujets qui seront abordés durant ce dialogue politique inclusif, le coût de l’opération et le niveau de préparation des termes de référence.

Par rapport à l’interrogation relative aux sujets prévus pour être débattus au cours de ce dialogue, Baba Hakib, a été très clair. «  Il n’y aura pas de sujet tabou » a-t-il répondu.

Quant à celles relatives, au coût de l’opération et à la validation des termes de référence, l’ex Ambassadeur de l’ONU, Cheick Sidi Diarra, chargé  de l’organisation de l’évènement a apporté des éléments de réponse satisfaisants. Selon lui, à ce stade du processus, il est très difficile de déterminer le coût de l’opération, pour la simple raison que les termes de référence ne sont pas encore validés.

Par Moïse Keïta 

Source: Le Sursaut

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *