Pocessus de DDR et réforme du système de la sécurité en marche : Le Mali et l’Union Africaine se donnent la main pour relever les défis

Pour sensibiliser et donner une meilleure compréhension  des principes et concepts généraux de -Désarmement- Démobilisation-Réinsertion  (DDR) et la Réforme du Système du secteur de la Sécurité (RSS), la Commission de l’Union Africaine en partenariat avec le Gouvernement du Mali, a organisé le mardi 05 mars 2019, à l’Ecole de Maintien de la Paix Me Alioune Blondin Beye, un important atelier de partage sur la complémentarité entre les processus de DDR et RSS  dans la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale. Les travaux d’ouverture étaient présidés par le ministre des Affaires Religieuses et du Culte, Thierno H Diallo, représentant son homologue de la Réconciliation Nationale. C’était en présence de Mahamat Saleh Annadif, chef de la MINUSMA, du Président Pierre Buyoya, chef de la MISAHEL et de plusieurs personnalités.

Les objectifs de cette rencontre étaient entre autres de : sensibiliser les participants et leur donner une meilleure compréhension des principes et concepts généraux de la RSS et du DDR ; débattre de la complémentarité entre le processus du DDR et de RSS dans la mise en œuvre de l’Accord de paix malien de 2015 ; identifier les progrès et les défis actuels du processus de DDR accéléré ; discuter de la coordination des interventions des principaux partenaires et des autres parties prenantes nationales et internationales ; échanger sur les meilleures pratiques de DDR et de RSS pour créer une force armée nationale intégrée, légitime et professionnelle ; identifier les priorités gouvernementales dans la conduite du processus de DDR et de RSS réussi, à soutenir à court, moyen et long terme afin de relever les défis qui se posent.

Il faut rappeler que le déclenchement de la crise sécuritaire au Mali en 2012 a suscité des préoccupations d’ordre humanitaire, politique et sécuritaire. L’Union Africaine  (UA), aux côtés d’autres membres de la communauté internationale notamment l’Organisation des Nations Unies, l’Union Européenne, la Banque Mondiale soutient les efforts régionaux visant à relever les défis auxquels est confrontée la région sahélo-saharienne. C’est dans ce contexte que la Mission de l’UA pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) a été créée en août 2013, ses domaines d’actions prioritaires étant la promotion de la gouvernance, la coopération en matière de sécurité et le développement.

Il y’a lieu de rappeler que l’Accord d’Alger a été signé en mai 2015 afin de garantir une paix et une solution durables aux causes profondes de la crise dans le Nord du Mali. Le titre III de l’Accord concerne les institutions de défense et de sécurité. Ce titre souligne clairement la nécessité d’établir un programme de DDR et de procéder à une série de réformes des forces de défense et de sécurité maliennes, fondées sur le principe d’unité, d’exclusivité et de représentation équitable de tous les Maliens.

Dans le cadre de la mise en œuvre  de l’Accord de paix, s’agissant notamment de la reconfiguration de l’armée et des forces de sécurité, et aux fins de l’amélioration des aspects de gouvernance sécuritaire, une Commission Nationale  de DDR (CNDDR), une Commission d’Intégration (CI) et un Commissariat à la RSS ont été créés.

Il faut ainsi reconnaitre que si la mise en œuvre des processus de DDR et de RSS se caractérise par un certain nombre de défis techniques et politiques (logistique, ressources, critères d’intégration, rangs au sein des forces, etc.), il devient crucial d’œuvrer  au dépassement des blocages pour la bonne marche du processus global de retour à la paix durable.

C’est ainsi que le Gouvernement a demandé à la MISAHEL de fournir une assistance technique pour relever les défis susmentionnés en tirant les leçons des expériences continentales passées et en s’appuyant notamment sur les textes et principes pertinents de l’Union Africaine.

Dans son discours marquant l’ouverture des travaux, le représentant du ministre de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale, le ministre Thierno H Diallo, a laissé entendre que cet atelier est d’une importance capitale pour le gouvernement malien et conformément à la vision du Président de la République. Ainsi les recommandations qui seront issues de ces trois (3) jours de partages  d’expériences sur les processus DDR et RSS permettront de relever les défis.

Alasko

Source: Notre Voie

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *