Plus d’opérations de maintien de la paix, moins de troupes en 2019: rapport

Le nombre de missions internationales de maintien de la paix a légèrement augmenté en 2019, mais le nombre de personnels déployés a continué de diminuer, ont indiqué mercredi des chercheurs.

Le nombre d’opérations de paix multilatérales, tant de l’ONU que d’autres, n’a augmenté que de un à 61, selon un rapport du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).

Mais le nombre de soldats, de policiers et de personnel civil a diminué de 4,8%, les 10 plus grandes opérations du monde ayant soit retiré leur personnel, soit maintenu le niveau.

La diminution du nombre de personnel poursuit une tendance sur quatre ans et est le reflet de réductions ou de fermetures de plusieurs des plus grandes opérations de maintien de la paix de l’ONU.

“L’ONU a toujours le même nombre d’opérations, mais les opérations plus récentes sont de plus petite taille et ce sont principalement des missions politiques”, a déclaré à l’AFP Jair van der Lijn, directeur du programme des opérations de paix et de gestion des conflits du SIPRI.

En Afrique subsaharienne, le personnel a diminué de 5,8%, bien que la région représente encore 71% de tout le personnel des opérations de paix.

Certaines des plus grandes opérations, comme la MINUAD au Darfour et la MONUSCO en République démocratique du Congo, avancent vers la fin de leur vie.

“Bien que les situations ne soient pas complètement stables, les situations se sont nettement améliorées par rapport à ce qu’elles étaient”, a expliqué van der Lijn à l’AFP.

Ajoutant à cela, il y a “moins de volonté de déployer de nouvelles opérations de grande envergure” au Conseil de sécurité de l’ONU, a-t-il dit, pointant vers des zones de conflit comme la Syrie, le Yémen et la Libye où des opérations potentielles de maintien de la paix de l’ONU auraient pu être débattues précédemment.

La volonté réduite peut être attribuée aux membres du Conseil de sécurité, en particulier aux États-Unis, qui souhaitent réduire les coûts, tout en estimant que les opérations de maintien de la paix ne sont pas aussi efficaces.

Une fausse hypothèse selon van der Lijn, qui dit que d’un point de vue quantitatif, les résultats des opérations de maintien de la paix sont en fait souvent positifs, bien que les gens se concentrent souvent sur des exemples ratés comme ceux du Rwanda ou de l’ex-Yougoslavie.

Avec la réduction du personnel en Afrique subsaharienne, les opérations de maintien de la paix se concentrent légèrement sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA), seules régions à voir une légère augmentation du nombre de personnels de maintien de la paix.

Parmi les opérations de maintien de la paix de l’ONU, la MINUSMA au Mali continue d’être relativement meurtrière tandis que la plupart des autres opérations de l’ONU subissent relativement peu de morts d’attaques hostiles.

Au total, 28 décès parmi le personnel de maintien de la paix de l’ONU ont été attribués à des actes malveillants en 2019, soit un de plus que l’année précédente.

Parmi ces actes, 23 visaient du personnel en uniforme, tous sauf un ont été déployés auprès de la MINUSMA.

France 24

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *