Paix et réconciliation au Mali : privilégier le dialogue pour entretenir la confiance

La 5e réunion de haut niveau du Comité de Suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger s’est tenue à Kidal, 8e région administrative du Mali, jeudi 11 février 2021. C’était sous la présidence de Sabri Boukadoum, Chef de file de la Médiation internationale. La réunion a également enregistré la participation de plusieurs hautes personnalités.

Cinq ans après sa signature pour le retour de la paix au Mali, la mise en œuvre des recommandations de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger peine à se concrétiser.

Au-delà de l’insécurité, le Mali est fragilisé, depuis plusieurs années par des tensions multiformes. La tenue de cette session du CSA à Kidal a été pour les partenaires du Mali un symbole positif dans le processus du retour de la paix et la réconciliation nationale. Surtout lorsqu’il s’agit d’une première depuis la signature de cet Accord en 2015.

À l’issue des travaux de cette 5e réunion du CSA qui a vu le drapeau malien flotté à nouveau au-dessus de Kidal, les participants ont formulé plusieurs recommandations.

Pour une sortie de crise définitive

Les parties prenantes ont été invitées à privilégier le dialogue afin d’entretenir la confiance et bannir toute initiative susceptible de la rompre, précise-t-on dans le communiqué final de cette réunion. La mise en œuvre de la feuille de route a été également une des recommandations fortes.

Malgré sa courte durée de 18 mois, la transition actuelle est vue comme une opportunité pour planter les jalons du développement durable au Mali, souligne-t-on.

Sur le volet « Défense et de Sécurité », les autorités politiques maliennes ont été engagées à reprendre la concertation afin de surmonter les préoccupations persistant dans ce secteur.

Vu l’ampleur des défis à surmonter, la communauté internationale a été invitée à poursuivre son accompagnement du Mali durant cette phase de la transition. Cela est important pour aboutir rapidement au retour de la paix au Mali, estime-t-on.

Bakary Fomba

Source: Phileingora

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *