Pacifisme de la population et germes des mouvements djihadistes: Aider les forces de sécurité et de défense dans leur mission

Depuis l’occupation des régions du Nord par les groupes djihadistes, l’enrôlement des jeunes dans les mouvements djihadistes devient de plus en plus fréquent dans le pays, aggravé par le chômage. La population doit avoir un rôle déterminant sur ce phénomène afin d’aider les services de sécurité et de défense dans leur lutte contre le terrorisme.

armee malienne soldat militaire fama patrouille nord mali

Sans l’association de la population civile, pas de réussite dans la lutte contre le terrorisme. Cette idée  revient une fois de plus dans les constats de la Gendarmerie  nationale, lors de la conférence de presse animée dans les locaux de la sécurité nationale. Au regard des attaques planifiées  perpétrées à Nampala récemment et les prises d’otage à Sévaré, ainsi que les attaques des Hôtels dans la capitale, les mouvements terroristes arrivent toujours à faire mal.

La question est de savoir si les terroristes devancent nos vaillants et compétents hommes chargés de défense et de sécurité en matière de renseignement pour déjouer  les dispositifs sécuritaires mises en place.

Il est clair que nul ne peut mettre en doute la capacité de nos hommes de sécurité et de défense si des terroristes très recherchés par d’autres pays sont arrêtés au Mali. Par exemple, l’arrestation à Gossi (Gao)  des terroristes de Grand Bassam de la Côte-d’Ivoire montre l’efficacité de l’autorité malienne en matière de lutte contre le terrorisme.

Le réel problème qu’on doit souligner, c’est le comportement.  Il faut noter que  les djihadistes  ont leur germe au sein même de la société.

Le plus souvent, l’implantation des groupes terroristes dans certains pays comme la Somalie, le fief de Boko Haram, Al Qaïda en Afganistan, s’expliquent par une absence quasi-totale de l’autorité dans les zones où ils sont présents.

Malgré les moments difficiles, la capitale du Mali et certaines régions du Sud ont été sous contrôle toujours de l’autorité. Mais, les mouvements ou les leaders de ces groupes djihadistes ont fortifié ou fondé des bases dans ces zones soi-disant sous contrôle, ce qui est contraire dans les autres pays.

La radicalisation de certains djihadistes commence sous nos yeux avant de se transformer en éléments dangereux. La  plupart de ces djihadistes gagnent leur popularité comme grands prêcheurs ou un influent religieux, avant de prendre le chemin final. Ils sont au début bien écoutés pour ne pas dire soutenus par la population de façon très pacifique, malgré la forme violente déclinée de la religion, bien qu’aucune religion au monde n’accepte une forme de violence.

Il est temps d’interpeler sur certains faits pacifiques de la population et des autorités compétentes  en la matière. Il est nécessaire de prendre des vrais dispositifs de vigilance et de prévention avant que l’axe du mal s’installe par la création des mouvements djihadistes sous nos yeux par le simple et pur fait du pacifisme.

 

                                                                                                            Boureïma Tembely

Source: La Boussole

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *