Opération barkhane: Communiqué de presse sur le Bilan de l’action de barkhane en 2018

Début 2019 est l’occasion de revenir sur le bilan de l’opération Barkhane de l’année 2018, et notamment des succès tactiques remportés aux côtés  des  forces nationales des  partenaires sahéliens. Ces gains illustrent l’efficacité de l’action de la force sur le terrain, son utilité au profit des partenaires et des populations locales.

Une série d’opérations conduites aux côtés des forces nationales des pays du G5 Sahel a permis de porter des coups sévères à l’adversaire djihadiste. Les neutralisations de trois chefs de katibas majeures du rassemblement pour la victoire au Mali (la katiba Macina, la katiba 3A, et la katiba Al Mourabitoune) ont été des actions déterminantes. Elles ont été complétées par la mise hors de combat d’un nombre important de chefs de groupes et de logisticiens de l’EIGS (état islamique au grand Sahara). Ces actions ont non seulement permis de désorganiser profondément les groupes armés terroristes mais également d’encourager les efforts placés par les forces armées maliennes et les forces armées nigériennes dans leur reprise en main de la sécurité, tout particulièrement dans les régions du Liptako et du Gourma.

Sur l’année, les différents groupements de la force Barkhane ainsi que ses unités de commandos ont conduit plus de

120 opérations de combat, représentant autant de défis logistiques face aux immensités sahéliennes. Ces opérations ont été conduites avec l’appui permanent de la composante aérienne (M2000, C135, C130, C160, ATL2, et drones REAPER) et aéroterrestre (Tigre, Gazelle, NH90, Cougar et Puma) et la mobilisation permanente de tous les acteurs et capteurs du renseignement.

Ces succès ont été obtenus avec la contribution des partenaires britannique, espagnol et estonien, qui, au travers de leurs contingents respectifs, participent à l’effort de la force et démontrent l’intérêt et le soutien des Européens dans ce combat contre le terrorisme islamiste. Cette année a également vu s’accroître la coopération avec le partenaire américain.

Sur le plan de l’accompagnement des forces partenaires, Barkhane a poursuivi la mise en œuvre du partenariat militaire opérationnel avec les pays du G5 Sahel. Ce partenariat s’est traduit en 2018 par le renforcement des instructions opérationnelles dans de nombreux domaines : instruction au tir, coordination des feux, sauvetage au combat, lutte contre les engins explosifs improvisés. Depuis 2014, ce sont désormais plus de 8700 soldats qui ont suivi une action de formation particulière.

L’aide de Barkhane s’est matérialisée concrètement : une compagnie de chaque pays du G5 Sahel appelée à armer le fuseau centre de la force conjointe dans la région des trois frontières (Mali, Burkina-Faso et Niger) a été équipée à hauteur de 13 pickups avec leur armement, quatre véhicules lourds et du matériel de transmission.

Barkhane a poursuivi son action au profit des populations locales, leur proposant des aides médicales lors de chaque opération. Depuis le début de l’opération, ce sont en moyenne plus de 70 consultations et 300 soins par jour qui ont été conduits par les équipes médicales au profit de la population malienne, tchadienne et nigérienne.

Les militaires français ont également conduit ou soutenu des projets apportant une aide directe à la population : accès à l’eau, à l’énergie, à la santé ou à l’éducation. En 2018, ce sont près de 70 projets civilo -militaires qui ont été menés au profit de la population, dont 23 projets à destination de celle de la région du Liptako, principale ment autour des villes d’In  Delimane,  Ansongo  et  Ménaka.  Dans  cette  région,  un  effort  a  notamment  été  fait  dans  le  domaine  de l’agropastoralisme puisque cinq projets de ce type ont été réalisés parmi lesquels la création d’un maraîchage à In Délimane ou la rénovation de la laiterie de Ménaka.

En 2019 l’opération Barkhane poursuivra ses efforts pour faire progresser de manière tangible le processus de paix, accentuer la lutte contre les groupes armés terroristes pour les mettre à portée des forces de sécurité locales, entraîner l’ensemble de ces forces vers  une plus grande autonomisation et concourir à  la  mise en  place des actions de développement et au retour de la gouvernance au profit des populations.

Cet effort se poursuivra enfin et surtout en mémoire des quatre soldats de la force morts en 2018, l’adjudant Emilien

Mougin, le maréchal des logis Thimoté Dernoncourt, le caporal Abdelatif Rafik et le brigadier-chef Karim El Arabi.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Contact presse :

barkhane.com@gmail.com

Opération Barkhane

Cellule communication

À N’Djamena, le 18 janvier 2019

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *