Négociations avec les groupes armés terroristes : Voici la feuille de route du gouvernement

Dans quarante-huit heures, en principe, s’ouvriront en Algérie les pourparlers inclusifs pour le retour de la paix et de la sécurité dans le nord du Mali. Une délégation malienne est déjà en route avec ce qui pourrait être le document de travail de la rencontre : le projet de feuille de route conçu par les autorités maliennes et qui sera présenté par le haut représentant du président de la République pour le dialogue inclusif inter-malien.

 modibo keita haut representant chef etat dialogue inclusif inter malien

Devront prendre part à ces pourparlers, les représentants du gouvernement malien, les délégués des mouvements armés signataires et adhérents de l’Accord préliminaire signé à Ouagadougou le 18 juin 2013, les mandataires des communautés du nord. Ces représentants des communautés seront issus des collectivités locales (à désigner par le Haut conseil des collectivités territoriales), des formations politiques (à désigner par les groupes parlementaires constitués à l’Assemblée nationale), du Conseil économique, social et culturel, des organisations de la société civile, des associations des femmes, des mouvements des jeunes.

Pour encadrer les négociations entre ces différents représentants, un collège de médiateurs, chargé de la police des débats, des reformulations, du rapprochement des points de vue, du cheminement vers des accords et des consensus, est mis en place. Il comprend l’Algérie, l’Union africaine, la Cédéao et les nations unies.

Nouvelle organisation administrative et institutionnelle ?

A leurs côtés, des facilitateurs témoigneront, apporteront leur caution politique et leur soutien aux opérations qui découleront de l’accord de paix, assureront la liaison entre les animateurs des pourparlers et les structures, pays et organisation qu’ils représentent. Ce collège de médiateurs comprend le haut représentant du président de la République du Mali, l’Union africaine, l’Union européenne, les Nations Unies, la France, la Suisse, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria et le Burkina Faso.

Tous ces acteurs auront comme cadre de référence la résolution 2100 du conseil de sécurité du 25 avril 2013 portant mandat de la Minusma, l’accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali, les modalités de mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014, la déclaration d’Alger du 9 juin 2014, la plateforme préliminaire d’Alger du 14 juin 2014, les décisions pertinentes arrêtées par les présidents algérien et malien.

Au cours des pourparlers, les discussions seront essentiellement axées sur l’organisation administrative et institutionnelle du Mali, en particulier les régions du nord ; aux stratégies de développement intégré des collectivités territoriales ; à la réorganisation des forces de défense et de sécurité ainsi qu’au programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des groupes armés ; aux mesures d’amélioration de la gouvernance administrative, économique et politique du Mali ; au retour des réfugiés et des personnes déplacées et aux modalités de leur réinsertion socioéconomique ; aux mesures de protection et de promotion des droits de l’homme ; à la réconciliation nationale et à ses relations avec la justice.

Jusqu’où la compromission ?

Selon la feuille de route, les pourparlers comprendront une plénière délibérative et des sous-commissions de travail assistées par les collèges de médiateurs et de facilitateurs. La plénière doit délibérer sur les questions qui lui seront directement soumises et sur les conclusions des sous-commissions de travail. Elle se saisira également directement des mesures de confiance et des dispositions diverses et finales. Elle sera composée des représentants du gouvernement et de ceux des mouvements armés. Quant aux communautés du nord, elles sont censées ne pas participer aux délibérations de la plénière sur des questions qui les concernent en premier lieu, engagent leur futur immédiat et les conditions de leur coexistence.

Les sous-commissions seraient au nombre de quatre : volet politique et institutionnel, volet sécuritaire, volet socioéconomique, volet justice et réconciliation. Elles devraient comprendre les représentants du gouvernement, les représentants des mouvements armés et les représentants des communautés du nord.

A noter que la rencontre de ce mercredi n’est que le début d’un processus, le premier round d’un combat pour la paix et la réconciliation nationale. Cependant, quelques interrogations demeurent notamment en ce qui concerne tous ces groupes armés qui n’ont pas pris part aux discussions qui ont abouti à la signature de l’Accord de Ouagadougou du 18 Juin 2013. Aussi, les pourparlers situeront-ils la part de responsabilité de certains groupes armés qui se sont alliés aux organisations jihadistes pour poser des actes terroristes ? On sait que les chefs de ces groupes armés seront autour de la table de négociation et qu’ils seront les plus désireux d’avoir le maximum de garanties d’impunité de la part de l’Etat et de la communauté internationale. Jusqu’où ira la compromission ?

Cheick TANDINA

SOURCE: Le Prétoire  du   14 juil 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.