Mot de la semaine : Trêve

Le Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques, M5 RFP, est-il en perte de vitesse  ou bien la menace du Président de la République de sévir contre tout contrevenant à la loi  a-t-il  pesé sur la mobilisation ?  Cette question mérite d’être posée quand on sait que la tentative de reprendre la désobéissance civile après la fête de l’Aïd Al Adha n’a pas été un franc succès, pour ne pas dire qu’elle a échoué. C’est pourquoi les leaders du Mouvement, après une évaluation sans complaisance, sont arrivés à la conclusion qu’il faudrait continuer la trêve jusqu’au 11 Août 2020. Avant cette date qui est un autre rendez-vous important pour le M5 RFP, un réaménagement et une réorganisation s’imposent, car un rassemblement est prévu ce jour à 14 heures à la place de l’Indépendance.

Ce quatrième rassemblement après celui du 5 juin, sera un nouveau test pour les opposants à IBK. Il permettra de savoir si le Mouvement est toujours suivi ou bien si la stratégie du Président de la République, celle qui consiste d’avoir à l’usure les leaders et même les nombreux militants  du Mouvement, a bien porté fruit. Pour l’instant, la victoire qui était à portée de mains du M5 RFP semble changer de camp pour être en faveur du Président de la République. Autrement dit, IBK requinqué par les résolutions de la CEDEAO, constatant une démobilisation du camp adverse, ayant le soutien ferme et entier du Chérif de Nioro, semble avoir le vent en poupe. Qu’est ce qui pourrait expliquer ce retournement de situation alors même qu’il n’y a pour le moment aucun début de solution à la crise à forte raison d’être résolue ? A cette lancinante question deux réponses s’imposent :

La première est le manque de coordination et d’organisation au sein du Mouvement. Regroupement hétéroclite, le M5 RFP est né avec cette tare qui n’a pas du tout facilité la congruence des actions de ses leaders. Il urge pour lui de trouver des solutions à leurs divergences internes, car si les principaux animateurs  ne trouvent pas très rapidement une solution, ce serait la mort programmée du Mouvement. Les divergences sont souvent tellement grandes qu’on a l’impression d’assister à une guerre de leadership permanente. A titre d’exemple, le Coordinateur de la CMAS, Issa Kaou Djim, agissant au nom de l’imam Dicko, ne cesse de tenir des propos démobilisateurs, surtout quand il a affirmé dans un ton à la fois arrogant et suffisant que la CMAS se désolidariserait  des casseurs. Il semble  laissé entendre que sa formation est la seule capable de mobiliser. Le Comité stratégique du M5 RFP doit pouvoir tracer des lignes de conduite de ses membres sur les médias et partout ailleurs.

La deuxième réponse est la position ambigüe et  discordante de certains membres du Mouvement, à commencer par l’Imam Dicko, qui ne semble plus faire du départ d’IBK sa revendication principale, tandis que celle-ci occupe une place de choix chez les autres leaders du M5 RFP comme Choguel Kokala Maiga, Mountaga Tall, Cheick Oumar Sissoko. Cette différence d’approche autour des points du mémorandum  désemparerait les militants du M5 RFP et les démobiliserait.  Cette dichotomie dans les prises de position des principaux leaders du M5 RFP ne risque-t-elle pas de porter un coup fatal à leur combat ?  Cette mini trêve ne doit-elle pas être une occasion de corriger tous les errements commis afin de faire  un bond qualitatif le 11 Août ?  Ce grand espoir qu’une  très large majorité du peuple malien avait placé au M5 RFP va-t-il fondre comme du neige au soleil ? Vivement le 11 Août 2020 pour voir clair.

Youssouf Sissoko

Source: Infosept
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *