Mort de Amadou Kouffa : Que Barkhane nous donne plus de Preuve !

L’armée française de l’opération « Barkhane » n’est pas à sa première déclaration de tuerie d’un chef djihadiste ou rebelle sans donner la preuve exacte de l’information diffusée avec précipitation. Combien de fois, elles ont  déclaré en grande fanfare  que Ben Mokhtar surnommé le borgne  avait été tué ? Au moins plus de trois fois,  Or le terroriste algérien  court toujours. Au sujet   de Iyad Ag GHALI il ya eu plusieurs versions, pourtant  le natif de Kidal continue à narguer la communauté internationale. Il faut également signaler le cas du sinistre chef de Boko Haram Abubakar Checao donné pour mort à plusieurs reprises. 

Rappelons  ceux-ci  ont vécu très longtemps après la diffusion de ces informations sans preuves concrètes. Voilà encore qu’à la veille du Maouloud,  Barkhane nous informe  à travers un  communiqué de l’Etat-major  général  des armées françaises sans préciser  le lieu et l’heure  de ce raid  qui a causé  la mort de la bête noire  Amadou KOUFFA. C’est donc plus  tard que des sources locales ont indiqué avoir entendu des  détonations, dans la zone de Kourou et Namana, deux grandes mares situées dans la commune du Farimaké, dans le cercle de Youwarou, au nord-ouest de Mopti. Cette zone est considérée comme l’un des repaires les plus prisés par les hommes d’Amadou KOUFA et, quelques fois, par ceux de la Katiba Sèrme (ex-Ansar Dine Sud). Cette opération a d’ailleurs été confirmée par des sources officielles, notamment la ministre française des Armées Florence Parly. Elle a indiqué qu’il s’est agi d’une opération très complexe qui a nécessité l’intervention des avions Mirage 2000, des hélicoptères Tigre et Gazelle, des drones Reaper, un ravitailleur Hercule  C-135 et des hélicoptères de manœuvres. Cela, en plus des troupes engagées au sol. Le bilan de cette opération fait état d’au moins une trentaine de présumés terroristes abattus dont des chefs. L’Etat-Major des armées françaises insiste que, parmi les victimes y figureraient probablement le chef de la Katiba d’Ansar dine du Macina ‘’Amadou KOUFFA et ses principaux cadres’’. Dans un premier temps, les français n’ont pas mentionné la participation des troupes maliennes dans cette opération surprise et très complexe. Même si les FAMA n’ont pas participé aux frappes, elles ont qu’à même donné la première matière d’une telle opération, c’est-à-dire les renseignements et l’infiltration dans les rangs de l’ennemi. Ces actions étaient indispensables pour une telle opération complexe ayant mobilisé du matériel volant. Quelles preuves, l’armée française a-t-elle exhibé au peuple malien ?

En comparaison, lors de l’opération qui a permis d’abattre, en février 2013, l’un des principaux chefs d’AQMI, Abdelhamid Abou ZEÏD, dans la région de Kidal, Paris n’a pas hésité à reconnaître et à saluer la participation des militaires tchadiens. Ces derniers ont d’ailleurs été les premiers à montrer les images d’Abdelhamid Abou ZEÏD mort et ses complices capturés. Alors que pour le cas de Amadou KOUFFA, sept jours après l’annonce de sa mort, il n’y a toujours pas d’image. Ce qui a amené le peuple à douter  de  sa mort. Surtout que sur les réseaux sociaux  sur lequel il a l’habitude de communiquer, les proches de KOUFFA ne cessent de démentir l’information relative à sa mort. Selon une source très crédible qui s’est confiée au journal l’Indépendant sous le sceau de l’anonymat ‘’Kouffa a échappé à cette frappe, mais il a perdu beaucoup d’hommes. Aussi, il convient de préciser que par rapport à la mort de Abdel hamid Abou ZEÏD, la France n’a confirmé cette information qu’une dizaine de jours après l’annonce faite par le Président Tchadien Idriss DEBY, preuve à l’appui. En ce temps, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius avait justifié cette attitude par le fait que des tests ADN devaient être ‘’pratiqués  afin de confirmer le décès d’Adou ZEÏD. Il semble donc que pour le cas de KOUFA, nous ne savons pas s’il y a une possibilité de faire des tests d’ADN si l’on sait que sa mort a été annoncée  seulement 24 heures après. Ce qui a renforcé  les suspicions.

Les français ont plus d’un tour dans leur sac en termes de propagande en information. Le peuple malien et les FAMA ne doivent pas jubiler encore, tant qu’il n’y a pas de preuve irréfutable. Les français disent ‘’tiou’’ et ensuite ‘’tia’’, sinon à la fois ‘’tiou-tia’’. En tout cas si l’information de la mort d’Amadou KOUFFA est réelle, le centre du Mali pourra-t-il être sécurisé par les FAMA ? C’est à travers cette sécurisation que l’on saura si l’équipement des FAMA  a porté  ses fruits. Un magazine américain a révélé qu’en Afrique de l’ouest le Mali a été le pays qui a le plus dépensé pour acquérir du  matériel militaire. Le montant 275 millions de dollars

Badou S. KOBA

Source: Le Carréfour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *