Mort de Amadou Kouffa : Quand le Mali devient la fosse commune des terroristes

Le Mali est le rempart de l’Afrique de l’ouest car il est à cheval sur deux civilisations celle du monde noir musulman et  chrétien  et celle du monde arabo-musulman (il ya des chrétiens arabes les coptes en Egypte et les Chaldeens en Irak). Sa position géographique a été la raison pour laquelle  après la chute du Guide de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne  Socialiste et Populaire, tous les rejetons de cette partie du Sahara ont gagné le nord du Mali. Parmi eux de nombreux djihadistes qui ont profité de la dislocation de la digue Lybie. Au départ ils n’avaient pas  l’intention de s’en prendre au Mali. Mais sous les coups de forces gouvernementales maliennes  le MNLA en difficulté  a pu les convaincre  de le rejoindre pour faire le sale boulot. Le MNLA et ses complices terroristes parviennent un moment à leur fin à la faveur du coup d’Etat  du   22 mars 2018 qui aura raison du président ATT.

 

Après 10 mois d’occupation le nord du Mali est libéré grâce au professionnalisme des armées françaises  qui en deux semaines reprennent le contrôle de l’ensemble de la partie septentrionale du Mali. A travers cette opération appelée « SERVAL », la France prouve à la face du monde qu’elle est la seule grande puissance militaire en Europe  capable d’intervenir en un temps  record pour certains types d’opérations. Avec le concours des armées maliennes et  tchadiennes la France lance une véritable chasse aux terroristes. Aussi Abou Zeid est liquidé par les FATIM forces armées tchadiennes en intervention au Mali. Mais Iyad AGHALY qui est un dur à cuire échappe au carnage de Konna le 11 janvier 2013. Il reconstitue ce qui reste des  terroristes  et forment des groupuscules pour harceler la MINUSMA, « BARKHANE »  qui a pris le relai de « SERVAL » et les forces maliennes. Mais les armées maliennes s’adaptent peu à peu au contexte de guerre asymétrique et la peur change de camp. Elles reprennent progressivement le contrôle du centre. La preuve de la grandeur retrouvée de l’armée malienne la mine improvisée posée contre elle sur l’axe Boni qu’elle a pu dévier grâce  au renseignement, mais qui a fait des victimes civiles. Un autre fait d’arme l’attaque de  la ville de Youawarou dans le Farimake. Dans cette ville les militaires ont adopté une tactique qui est méconnu dans les écoles    de guerre occidentales ce qui a permis d’éliminer plus d’une dizaine de terroristes. Il ya aussi la victoire de Toguerekounbe  où avec des hélicoptères de combats l’armée    a réduit en bouillie  plusieurs terroristes. Toutes ces victoires militaires ont été couronnées par la mort de Amadou Kouffa qui se croyait invincible. Les terroristes ont désormais un gourdin sur la tête les armées maliennes. Ce redressement militaire est le résultat des lourdes dépenses militaires qui se chiffrent à 275 millions de dollars americain.  Comme le disait l’autre lors de la mort de Jacque Misrine il ya pas de héros dans la criminalité.

Badou S. Koba      

Source: Le Carréfour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *