Mise en œuvre de l’accord de paix : Encore un problème !

Rien ne va plus entre les chefs du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA). Son célèbre porte-parole, Moussa Ag Assarid vient de rendre sa lettre de démission à la direction du mouvement lors du dernier congrès tenu à Kidal.

abdoulaye diop ministres affaires etrangere malien rebelle touaregs mnla azawad pourparles negociation signature document accord

La nouvelle a été largement commentée par les médias nationaux et internationaux car, le MNLA doit sa communication à lui. Le représentant officiel du MNLA en Europe a été de tous les combats pour demander l’indépendance des régions Nord du Mali. Ainsi, cela lui, a permis de tisser des relations avec les indépendantistes  Catalans en Espagne et d’autres en Europe et à travers le monde.

Il a participé à tous les rounds de négociations à Alger dans le cadre des pourparlers inter maliens qui ont abouti à la signature de l’accord de paix à Bamako. Depuis un temps, le natif de Taboye, cercle de Bourem, région de Gao se voit de plus en plus isolé par les cadres du Mouvement du fait de ses idées indépendantistes que ses patrons veulent carrément abandonner au profit de la paix et du développement du nord.

C’est pourquoi, il a décidé de rendre sa démission parce qu’il se sent exclu à cause de l’opacité des décisions prises par les membres du mouvement et les autorités du Mali.  Toutefois, il est à signaler que cette crise interne risque de mettre du plomb dans les ailes de la mise en œuvre de l’accord de paix signé à Bamako, il y’a de cela presqu’un an.

En tout cas, les chefs des différents mouvements signataires de l’accord de paix après s’être gavé des plats à eux offerts par la République sont de plus en plus proches de Bamako que de leur base.

A cette crise interne du MNLA liée à la démission de Moussa Ag Assarid s’ajoute le problème de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion (DDR) à propos duquel les chefs ont du mal à présenter une liste définitive de leurs éléments à faire intégrer. Certains parlent de gros sous dans la gestion de cette affaire.

La rédaction 

Source : LeSoft

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *