Ménaka : les populations demandent à l’armée malienne d’aider le Gatia à éradiquer la peste MNLA

Après la prise de Ménaka par le Gatia, les populations de la ville ont manifesté hier mardi leur soulagement d’être libérées de la barbarie terroriste du MNLA lequel occupait la ville il y a presqu’une année. Il y a eu des scènes populaires à travers la ville. De nombreux habitants, notamment les femmes et les enfants, sont sortis pour demander à l’armée malienne, jusque-là cantonnée dans un camp, de sortir et de participer à la sécurisation de Ménaka et de ses alentours. D’autres habitants sont allés apporter leur soutien au Groupe d’autodéfense touareg Imrad et alliés (Gatia).
 armee malienne waraba helou sigi balanzan militaires soldats gtia eutm geurre patrouille
Selon une source militaire à Ménaka, les populations ont parlé aux Forces armées maliennes (FAMA). Elles leur ont expliqué que la Plateforme les a libérés en 5 minutes d’une année de souffrance. Certains militaires maliens n’ont pu s’empêcher d’écraser des larmes face à des propos aussi pathétiques.
Les combattants du Gatia ont installé leur état-major dans les locaux de la mairie de la ville après avoir chassé des lieux les indésirables éléments du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). La CMA a, dans un communiqué, « dénoncé la violation du cessez-le-feu ».
Faux, ont répondu le Gatia et ses alliés, réunis au sein de la Plateforme. Dans un communiqué le Gatia indique que ses combattants étaient en mission de sensibilisation des populations à 40 kilomètres au sud-ouest de Ménaka lorsqu’ils ont été attaqués par des éléments du MNLA. Résultat : ils ont riposté jusqu’à l’intérieur de la localité de Ménaka.
De son côté, le gouvernement malien, dans un communiqué, a « condamné la reprise à des hostilités et le regain de violences sur le terrain ».
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.