Mali : Les forces de sécurité pourraient perdre le contrôle, selon des experts

Un mélange de conflits intercommunautaires et de soi-disant djihadisme près de la frontière entre le Niger et le Burkina Faso est devenu une crise imminente, avertissent les experts.

La régionale qui sévit depuis des années a connu une montée en flèche ces derniers mois, faisant la une des journaux et faisant craindre que les forces de sécurité débordées pourraient perdre le contrôle d’une situation déjà précaire.

Le 14 juin, des tirs près de Liptako, au Mali, ont contraint un hélicoptère français Gazelle à effectuer un atterrissage d’urgence, a fait savoir le site sud-africain DefenceWeb. L’État islamique dans le Grand Sahara, une filiale locale de l’État islamique, a revendiqué la responsabilité de l’attaque, qui a blessé l’équipage, a ajouté le rapport.
Contre-terrorisme

L’hélicoptère et son équipage faisaient partie de l’opération Barkhane, une opération de contre-terrorisme menée par des Français et basée au Sahel. Les français menaient une attaque contre les cachettes de L’État islamique dans le Grand Sahara (IGGS) , qui aurait fait 20 morts parmi les djihadistes .

Pauline Le Roux, chercheuse associée au Centre d’Afrique pour les études stratégiques, a déclaré que l’ISGS a émergé en 2015 des vestiges de d’autres groupes extrémistes de la région. Il a acquis une notoriété internationale en 2017 lorsqu’il a revendiqué la responsabilité d’une attaque au Niger qui a coûté la vie à quatre bérets verts américains, à quatre soldats nigériens et un interprète nigérien.

Le groupe extrémiste s’est révélé difficile à éradiquer et M. Le Roux a déclaré qu’il avait tiré parti de la région frontalière peu peuplée située entre les trois pays. Près de 90% des attaques de l’ISGS ont lieu à moins de 100 kilomètres des frontières des trois pays.

« Quand ils ont dû faire face à la défaite, ils ont essentiellement déménagé dans d’autres régions », a déclaré Le Roux à VOA. «Cette région des trois frontières est assez poreuse. Vous avez des forêts; vous avez de vastes zones désertiques. Et donc, il leur a été très facile de changer de lieu.  »

conflits intercommunautaires

Les extrémistes ont également profité des tensions de longue date entre les communautés de la région frontalière. Ces conflits sont devenus violents avec une fréquence croissante, créant des opportunités de recrutement pour les milices et poussant les forces de sécurité à la limite de leurs capacités.

Mais la situation s’est détériorée depuis 2012, lorsque les milices ont commencé à recruter des membres des peuls, un groupe ethnique local, provoquant des représailles et davantage de violence, a déclaré Dufka.

«D’autres groupes ethniques ont ressenti le besoin d’organiser des groupes de défense civile alliés sur le plan ethnique. Et ces groupes ont non seulement défendu leurs villages, mais, on l’a vu, ils sont passés à l’offensive et ont tué beaucoup, beaucoup de Peuls, auxquels ils ont reproché de soutenir – ou d’être des membres directs – des groupes de dissidents armés » a ajouté Dufka.

Pendant tout ce temps, des prédicateurs radicaux ont attisé les flammes, a ajouté Le Roux.
«Ils ont endossé les sentiments d’injustice et de discrimination et ont utilisé ces griefs» pour fomenter la violence, a-t-elle déclaré.

Les changements climatiques ont également contribué aux conflits, en intensifiant la concurrence pour des ressources en eau et des terres arables déjà limitées.
Mais ce sont les tensions ethniques croissantes qui préoccupent le plus les analystes.

«À l’heure actuelle, ce qui est extrêmement préoccupant, c’est que ces tensions interethniques semblent s’aggraver et devenir la tendance la plus inquiétante, du moins au Mali», a déclaré Le Roux.

« La létalité et la fréquence de ces très graves incidents augmentent à un rythme alarmant », a ajouté Dufka. « Les violations sont vraiment au sommet . »

Source: intellivoire.Net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *