Mali : l’armée malienne et onusienne impuissantes face aux massacres

La deuxième attaque de milices contre le village d’Ogossagou qui a fait au moins 35 victimes révèle la totale capacité de l’armée malienne à prévenir le terrorisme.

 

Une milice ethnique au Mali a massacré plus de 35 villageois le 14 février 2020 après que les troupes gouvernementales ont quitté les lieux, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Le massacre dans le village d’Ogossagou a eu lieu quelques heures après que les chefs de village ont alerté les responsables gouvernementaux que l’armée malienne avait quitté un poste créé à la suite du massacre de 150 personnes dans le même village, perpétré le 23 mars 2019, et une heure après qu’un convoi de forces de maintien de la paix des Nations Unies avait traversé le village.

Human Rights Watch enquête

Des hommes armés appartenant à l’ethnie dogon ont pourchassé des civils dans la brousse et les ont tués, décapitant et mutilant certains, ont déclaré des témoins à Human Rights Watch. La plupart des victimes étaient des hommes du village appartenant à l’ethnie peule. Une femme peule âgée et quatre enfants ont également été tués, et 19 villageois sont toujours portés disparus.

Des témoins ont donné à Human Rights Watch les noms de 20 hommes dogons qu’ils ont reconnus comme faisant partie des assaillants, la plupart issus du quartier dogon d’Ogossagou, dont certains auraient participé aux tueries de mars 2019.

« Des milices ethniques qui n’ont apparemment aucune crainte d’être tenues pour responsables de leurs actes ont à nouveau tué et mutilé des dizaines de civils », a déclaré Corinne Dufka, directrice pour le Sahel au sein de Human Rights Watch. « Le deuxième massacre à Ogossagou a été particulièrement horrible car l’armée malienne et les forces de maintien de la paix de l’ONU auraient pu l’empêcher. »

MondAfrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *