Mali: la Croix-Rouge va faire du centre du pays une “nouvelle priorité”

Le centre du Mali, où les violences intercommunautaires ont fait quelque 500 morts l’an dernier et entraîné des déplacements de population, est en passe de devenir une “nouvelle priorité” pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a indiqué jeudi à Bamako son président, Peter Maurer.

“Aujourd’hui, on constate que la violence évolue vers le centre. Ca devient, pour nous, une nouvelle priorité”, a déclaré le patron de la Croix-Rouge internationale, à l’issue d’une visite de quelques jours qui l’a mené au Nord (Gao, Tombouctou) et dans le centre (Mopti).

“Depuis ma dernière visite en octobre 2012, la situation sur le terrain a beaucoup changé, mais les besoins humanitaires n’ont pas diminué (…). Les populations ont toujours besoins de nourriture, de santé et de sécurité”, a déclaré jeudi Peter Maurer, qui s’est entretenu depuis le début de la semaine avec le président Ibrahim Boubacar Keïta et avec le chef de la mission de l’ONU (Minusma), Mahamat Saleh Annadif.

M. Maurer a également fait part de son inquiétude face aux “milices qui violent les droits de l’homme”.

Le Nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Cependant, les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais elles se sont propagées du Nord vers le centre et le Sud du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

Le 1er janvier, au moins 37 habitants d’un village peul ont été tués dans une attaque attribuée à des chasseurs traditionnels dogons, organisés en milices d’autodéfense.

Dans le centre, à proximité de la frontière avec le Burkina Faso notamment, les violences se multiplient entre les Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l’agriculture.

Certains membres de la communauté peule ont rejoint des groupes jihadistes. Les Peuls dénoncent des exactions de la part de groupes de chasseurs, tolérées voire encouragées selon eux au nom de la lutte contre les jihadistes par les autorités ou l’armée, ce que dément le gouvernement.

 

Source: AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *