Mali: Discours de la Coordination MNLA-HCUA-MAA à Alger

Discours du chef de la délégation de la Coordination des mouvements belligérants de l’Azawad (MNLA , HCUA , MAA ) à l’occasion de la phase II du processus d’Alger du premier septembre 2014

mouvement arabe azawad maa rebelles kidal touareg

Excellences Mesdames/ Messieurs

 le Ministre des affaires étrangères de la République Algérienne démocratique et populaire,

  •  Le Représentant special du Secrétaire général des nations unies ;
  •  Le Représentant des Etats Unies d’Amérique,
  •  Le Représentant de l’Union Européenne
  •  le Représentant de l’union Africaine
  •  le Représentant de la Cedeao
  •  le Représentant de l’OCI
  •  le Représentant de la république du Burkina Faso
  •  le Représentant de la républiquefédérale du Nigeria
  •  le Représentant de la république islamique de Mauritanie
  •  le Représentant de la république du Tchad
  •  le Représentant de la république du Niger
  •  Les membres du gouvernement de la république du Mali
  •  le Haut Représentantspécial du président du Mali
  •  les Membres des délégations officielles.

Mesdames, Messiers les invités.

Je saisis l’occasion que m’offre cette illustre tribune consacrée à l’ouverture des travaux de la deuxième phase du processus d’Alger relatif au règlement politique du conflit qui oppose les mouvements de la coordination de l’Azawad (MNLA MAA HCUA) au gouvernement du Mali pour marquer notre détermination à parvenir à un règlementpolitique, juste et définitif dudit conflit.

Excellences Mesdames, Messieurs,

Le conflit actuel tire ses origines bien avant l’indépendance du Soudan français devenu République du Mali.

A titre de rappel, depuis les années 57-58 les chefs coutumiers (arabes, touaregs, songhais et peuls) des régions de cette partie du Soudan français (Gao, Tombouctou, Kidal et Ménaka) avaient adressé une requête restée sans suite au Président de la République française le Général De Gaulle pour marquer leur volonté de ne pas être rattachés au Soudan français

A l’époque, ils avaient pris soin d’alerter sur le danger d’une instabilité permanente dans la future entité politique en cas de la non prise en compte de cette revendication.

En effet, les différents déclics et soulèvements de 1963 à nos jours, procèdent naturellement de la non satisfaction de cette revendication et se pérennisent essentiellement à cause de l’absence des solutions appropriées, fragilisant ainsi la sous région sahélo-saharienne.

Aussi, nous rappelons notre volonté inébranlable pour un règlement politique qui permettra au peuple de l’AZAWAD de prendre en main son destin à travers un statut spécifique.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

La coordination des mouvements belligérants de l’AZAWAD (MNLA, HCUA,MAA) clame du haut de cette auguste tribune sa condamnation de toute velléité de nature à créer et à entretenir tout amalgame entre notre cause juste et légitime et le terrorisme qui sévit dans cette zone de l’Afrique avec son corollaire de narco trafic et d’économie criminelle.

Excellences, Mesdames Messieurs,

Je ne saurai terminer sans remercier la communauté internationale pour l’intérêt, l’assistance qu’elle a bien voulu apporter durant le processus. Un vibrant hommage au gouvernement et au peuple de la République Algérienne Démocratique et Populaire qui ne ménagent aucun effort pour un règlement global, définitif et durable du présent conflit.

Nos remerciements vont aussi à l’endroit de la République du Burkina Faso pour l’attention particulière très tôt accordée à trouver une solution matérialisée par l’Accord préliminaire de Ouagadougou du 18 Juin 2013, qui a permis le démarrage du processus en cours.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Au nom de la Coordination des Mouvements belligérants (MNLA, HCUA, MAA), je souhaite plein succès à la réussite des travaux de la deuxième phase du processus d’Alger.

Je vous remercie

http://www.mnlamov.net/actualites/3…

===========================================================

Le MNLA présente ses condoléances à la MINUSMA

Jeudi, 04 Septembre 2014 13:13

Le Mouvement National de Libération de l’Azawad a appris avec tristesse la mort de quatre casques bleus qui ont été tués, mardi 2 septembre, à une trentaine de kilomètres d’Aguel’Hoc, sur l’axe reliant Kidal.

En cette douloureuse circonstance, le MNLA présente ses condoléances les plus attristées à la MINUSMA.

Le Mouvement National de Libération de l’Azawad condamne avec la dernière rigueur ces actes terroristes de même qu’il condamne le terrorisme sous toute ses formes.

Ces actes terroristes répétés contre les forces Onusiennes et azawadiennes rappellent toute l’urgence à trouver une solution politique viable au conflit actuel, conflit qui dure depuis plus d’un demi siècle.

Moussa Ag Acharatoumane

Chargé de communication

http://www.mnlamov.net/

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.