Mali: 500 déserteurs de l’armée rentrent dans les rangs

Bamako, – Plus de 500 déserteurs de l’armée malienne, sur le millier qui avaient rejoint en 2012 les rangs de la rébellion principalement touareg dans le nord du pays, ont répondu positivement à un appel de rejoindre l’armée, a annoncé samedi un responsable de la mise en
oeuvre du processus de paix.

Mi-janvier, trois ministères – Cohésion sociale, Défense, Sécurité –
avaient “invité les militaires anciennement membres des Forces armées et de
sécurité à se faire enregistrer” auprès des autorités militaires les plus
proches de leur lieu de résidence.

“Des personnels anciennement membres des Forces armées maliennes (FAMa)
mais qui avaient déserté regagnent la famille FAMa”, se sont réjouis une
semaine plus tard le ministère de la Défense et l’état-major de l’armée. Ce
retour dans les rangs de l’armée concerne des officiers, sous-officiers et
hommes de troupe, qui seront appelés à suivre un “recyclage” avant leur
redéploiement, selon ces sources.

“Aujourd’hui, sur un millier de déserteurs, 538 ont répondu physiquement
présents”, a précisé samedi Zahabi Ould Sidy Mohamed, le président de la
Commission nationale Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), un
processus né de l’accord de paix de 2015.

“Ils ont rallié les localités indiquées. C’est une bonne chose pour le
processus du DDR et pour la paix”, a-t-il ajouté, interrogé par l’AFP.
La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), qui fédère les principaux
groupes de l’ex-rébellion, avait indiqué que cet appel ne “l’engageait pas”,
se référant à un projet de décret devant fixer les modalités de “reclassement
des ex-combattants”.
“Certains de la CMA ont répondu à l’appel. Et d’autres militaires qui sont
encore tapis dans les groupes armés ont déjà annoncé qu’ils arrivaient. C’est
vraiment très bon signe pour le processus”, a estimé Zahabi Ould Sidy Mohamed.
“Moi, je suis très content de revenir au sein de l’armée. Il y a eu
beaucoup de compréhension. Nous voulons participer à la nouvelle armée
reconstituée”, a déclaré Mohamed Abylo, un ancien déserteur joint au téléphone.
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes
jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés
par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à
l’initiative de la France, qui se poursuit.
Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces
maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques, malgré la
signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement
les jihadistes, dont l’application accumule les retards.
Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et
le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et
le Niger, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

 

AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *