Mali: 17 morts dans une attaque contre des Peuls (nouveau bilan)

Dix-sept civils peuls ont été tués mercredi dans le centre du Mali au cours d’une attaque attribuée à des chasseurs traditionnels, ont indiqué des associations peules et une source de sécurité malienne.
Un précédent bilan de cette attaque mercredi dans le village de Soména, près de Djenné, s’élevait à au moins trois morts.

Par ailleurs, une équipe de campagne du chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé, candidat à l’élection présidentielle dimanche, a été devalisée cette semaine lors d’une attaque à main armée dans le village de Fifo, à l’est de Tombouctou (nord-ouest), a-t-on appris de sources concordantes.

« Le véhicule et toutes les affaires personnelles (y compris les téléphones) du chef de délégation » ont été emportés, mais les membres de l’équipe sont indemnes, a indiqué dans un communiqué un porte-parole de la campagne de M. Cissé.
Le ministère de la Sécurité a confirmé l’attaque et l’enlèvement du véhicule dans un communiqué jeudi soir, ajoutant que les candidats peuvent « sur demande, bénéficier d’une garde rapprochée » et que « des escortes sont prévues pour les équipes de campagne qui en exprimeraient le besoin pour leurs déplacements ».

Dans le centre du Mali, les violences intercommunautaires se multiplient depuis trois ans entre Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l’agriculture.
« Nous avons pu sortir du puits, près de Djenné, tous les corps des personnes civiles peules tuées et jetées par les chasseurs dogons », a déclaré à l’AFP Abdoul Aziz Diallo, président de Tabital Pulaaku, principale association peule au Mali, faisant état de 17 morts.

« Le nouveau bilan est de 17 civils tués par des hommes armés », a confirmé une source administrative malienne, sans autre indication.
Depuis le début de l’année, la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a recensé une centaine d’ »incidents de violence intercommunautaire qui ont fait au moins 289 morts parmi les civils » avait annoncé le 17 juillet le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU.

Près de 77 % de ces incidents « se sont produits dans la région de Mopti » (centre), avait-il précisé.
Les Peuls dénoncent régulièrement des exactions à leur encontre, au nom de la lutte contre les jihadistes, de la part de groupes de chasseurs armés, tolérés voire encouragés selon eux par les autorités ou l’armée.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta, qui brigue un second mandat, a assuré cette semaine avoir lors d’un déplacement de campagne à Koro (centre) clairement mis en garde les chasseurs dogons.

« Vous n’avez pas le droit d’assurer la défense territoriale, telle n’est ni votre mission ni votre vocation », a affirmé leur avoir dit M. Keïta, pour s’entendre répondre « par l’envoyé des notables, celui-là même qui est le chef de la milice dogon », que le message avait été bien reçu.

 

AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *