Lutte contre le terrorisme : LES FORCES DE DEFENSE AURONT DESORMAIS UNE POSTURE OFFENSIVE

L’annonce a été faite hier par le directeur de la communication de la présidence lors de sa rencontre mensuelle avec la presse.

racine seydou thiam presidence conference presse koulouba

Le directeur de la communication de la présidence, Racine Thiam, était, hier, à la Maison de la presse, pour sa traditionnelle rencontre avec la presse: Rendez-vous avec Koulouba. Au cours de ce 10è rendez-vous, les échanges avec les journalistes ont porté sur la recrudescence de l’insécurité et sur le rapport « Doing business » de la Banque mondiale. Un rapport qui apporte un peu de baume au cœur dans un contexte marqué par une vague de violences. Racine Thiam a fait remarquer, dans son propos liminaire, que les problèmes sécuritaires dominaient l’actualité ces temps-ci au point d’occulter les acquis obtenus dans le domaine de la sécurité et même sur le terrain de l’économie. « Nous reconnaissons qu’il y a eu une recrudescence des actes de violence dans le pays ces derniers mois », a-t-il souligné, ajoutant que le constat est certes triste mais réel. « Le déroulement des événements, incline à penser que c’est quelque chose d’organisée pour effectivement porter un coup dur aux résultats engrangés ces derniers mois dans le domaine sécuritaire », a glissé le directeur de la communication de la présidence. Racine Thiam insistera en effet sur les résultats obtenus dans le domaine de la sécurité, avant de déplorer le fait que les ennemis de la paix ne se lassent pas de porter des coups durs là où ils sont le moins attendus. « Mais l’on peut se soulager sur le fait que le phénomène ne concerne pas seulement notre seul pays. Les terroristes s’attaquent à beaucoup de pays. Ils ont des moyens et des stratégies pour frapper partout », a-t-il relativisé. Pour lui, un certain calme s’installe petit à petit au Nord du fait du déploiement de l’armée. Le centre du pays, a assuré Racine Thiam, est aussi de plus en plus sécurisé. « L’armée est déployée partout maintenant pour faire face à un certain nombre d’adversaires qui, effectivement, marquaient des points contre nos hommes », a soutenu le directeur de la communication de la présidence de la République, qui a estimé que ces efforts de l’armée ont obligé les terroristes à déplacer les théâtres d’opérations vers les zones où on les attendait le moins. « Vous avez vu, lors de ces attaques, que l’armée a toujours réagi promptement pour reprendre les zones attaquées afin de rassurer les populations », a-t-il expliqué. A la suite donc de cette montée brusque de l’insécurité, a révélé Racine Thiam, le président de la République a réuni le Conseil de défense pour instruire à l’ensemble des forces de défense et de sécurité de changer de posture et de tactique en adaptant la stratégie au comportement de l’ennemi. Le chef suprême des armées a demandé aux troupes d’adopter une posture beaucoup plus offensive. Il ne s’agit plus d’attendre l’ennemi, mais d’aller le dénicher pour le détruire. Les réflexions ont été menées dans ce sens et des instructions fermes ont été données pour que sur l’ensemble du territoire, nos forces de défense et de sécurité soient beaucoup plus mobiles et offensives afin de dénicher les poches de menaces pour pouvoir les détruire et sécuriser ainsi les populations. « Parce que nous sommes dans un conflit de mouvement. Les forces ont été déployées en quantité suffisante avec des équipements à la dimension des attaques pour être plus efficaces contre des adversaires pratiquant la guerre asymétrique. Ils frappent et ils se retirent le plus vite possible. Donc c’est une guerre de mouvement et le président a demandé aux forces d’être plus proactives, plus offensives », a-t-il développé. Afin de permettre aux forces de défense et de sécurité d’assurer leur mission, le gouvernement a investi plus de 1 100 milliards de Fcfa dans les équipements et recruté plus de 10 000 hommes pour toutes les armes. Le processus se poursuit dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de programmation militaire, a soutenu le directeur de la communication de la présidence. Pour Racine Thiam, les attaques terroristes ont occulté une bonne nouvelle concernant notre pays. Il s’agit du classement du Mali par le rapport « Doing business » à la tête des pays de l’UEMOA et de l’OHADA en terme de réformes. La Banque mondiale a salué ainsi les efforts de réformes entrepris ces trois dernières années par le gouvernement sous l’impulsion du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a relevé Racine Thiam en notant que le Mali a surclassé la Côte d’Ivoire et le Sénégal dans l’assainissement du climat des affaires. Comme bonne nouvelle concernant le Mali, il n’y a pas que le classement du « Doing business ». La rentrée des classes intervenue à Kidal, après 3 années sans école en 8è région, n’est-elle pas une bonne nouvelle ? Assurément oui, a relevé le directeur de la communication de la présidence. « C’était un vœu cher au président. Qui souffrait que partout au Mali, les enfants peuvent aller à l’école sauf à Kidal », a souligné Racine Thiam qui veut croire que l’ouverture des classes sous la présidence du gouverneur de la Région, consacre un retour symbolique de l’Etat à Kidal. « On peut donc constater le retour progressif de l’Etat sur le territoire national. Le déploiement de l’armée et des autres forces de sécurité se fera conformément à la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation nationale, notamment la mise en place des Autorités intérimaires et à la suite des élections municipales en cours de préparation », s’est réjoui Racine Thiam qui n’a pas manqué de mettre au crédit du dynamisme de notre diplomatie les récentes visites de la chancelière allemande, Angela Merkel, du vice-président indien et du ministre canadien de la Défense.

A. O. Diallo

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *