Lutte contre le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme : Les responsables de la conformité des Banques sensibilisés par la CENTIF

La Cellule nationale du patronat du Mali (CNPM) a abrité le 12 avril 2018, la session de formation et de sensibilisation des responsables de la conformité des Banques du Mali sur le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme. Les travaux d’ouverture de cette importante formation initié par le Centre National de Traitement des Informations Financières du Mali (CENTIF), a été faite par le Souhaibou N’Diaye représentant du Ministère de l’Economie et de Fiances, avec à ses côtés, la secrétaire générale du CNTIF, Mme Touré Aminata Dagnoko. Cette formation à l’endroit des responsables de la conformité et établissements bancaires de la place se situe dans le cadre de la série de formation que la CENTIF du Mali prévoit d’organiser à l’endroit des différentes catégories d’assujettis.

Au nom du département de l’Economie et des Finances, dit Souhaibou N’Diaye, j’encourage la CENTIF  qui ne ménage aucun effort pour s’attaquer aux grandes préoccupations du moment, notamment le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme. « Des combats que les autorités du Mali en ont fait une priorité, avec un souci constant  de promouvoir la bonne gouvernance financière  et  la moralisation  des opérations  au plan bancaire, toutes actions indispensables pour crédibiliser la place financière du Mali en vue de la rendre plus attractive aux capitaux licites », a déclaré Souhaibou N’Diaye.

La session de formation de ce jour, dit-il, prouve à suffisance le rôle de premier plan  qui revient aux responsables de la conformité, véritables remparts pour la sécurité des établissements bancaires contre toute forme de financement criminelle. Selon lui l’arbre ne doit pas cacher la forêt. « En dépit des efforts louables enregistrés en 2017, le Mali s’illustre toujours au niveau de la zone Uemoa  par un faible niveau  de déclaration d’opération suspectes (DOS). Ce qui dénote du point de vue Souhaibou N’Diaye, encore une implication qui demeure largement en deçà de ce que l’on est e droit d’espérer  des structures assujetties. «La lutte contre le blanchissement  des capitaux, pour Souhaibou N’ Diaye, nécessite une vigilance accrue à tous les niveaux de l’économie nationale, dans la mesure où les criminels sont toujours à l’affût en train d’affiner leurs techniques visant à contourner les dispositifs législatifs  et réglementaires  pour parvenir à leurs fins destructrices.  « Face à cette exigences, il s’avère indispensable pour tous les acteurs  impliqués dans cette lutte, de s’informer et de mettre à niveau avec les lois et les standards internationaux  afin de s’acquitter des  obligations de plus en plus exigeantes, gages de renforcement  de notre protection contre les menaces criminelles », a appuyé Souhaibou N’Diaye.

Lors de la formation animée par des experts de l’Office national des stupéfiants, plus de la trentaine de participants aborderont entre autres thème : «les notions de base du financement  des  capitaux  et  du financement du terrorisme»,  «la présentation de la CENTIF et  ses missions»,  «les indices de blanchiment »,  « les obligations des banques  dans  la lutte contre le blanchissement  des  capitaux  et  le financement du terrorisme », « les différents types de sanctions encourues en cas de non respect du dispositif légal ».

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *