L’opposition malienne rejette le plan de règlement de la Cédéao : Appel à de nouvelles mobilisations

Les pays d’Afrique de l’Ouest ont proposé lundi un plan en quatre points à appliquer dans un délai de 10 jours pour tenter de mettre fin à la crise politique au Mali, tout en prônant des sanctions contre quiconque entraverait ces efforts d’apaisement.

Les pays d’Afrique de l’Ouest ont proposé lundi un plan en quatre points à appliquer dans un délai  de 10 jours pour tenter de mettre fin à la crise politique au Mali, tout en prônant des sanctions contre quiconque entraverait ces efforts d’apaisement.

Le plan de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) recommande la démission des 31 députés dont l’élection a été contestée et l’organisation de nouveaux scrutins partiels. Il prône aussi la formation d’un gouvernement d’union nationale au sein duquel serait représenté le M5-RFP (Mouvement du 5-Juin-Rassemblement des forces patriotiques), la coalition de l’opposition au président Ibrahim Boubacar Keita. Il réclame enfin une enquête sur les morts survenues ce mois-ci lors de manifestations contre le pouvoir. Ce plan est le fruit d’une réunion en visioconférence lundi des chefs d’Etat de la Cédéao, organisée à la suite d’une visite au Mali la semaine dernière. Une précédente mission de la Cédéao n’était pas parvenue à convaincre le M5-RFP. Dans un communiqué, les chefs d’Etat ont exprimé leur profonde inquiétude face à la situation au Mali, qui risque d’accroître l’instabilité dans le pays mais aussi dans la sous-région, laquelle doit faire face à l’activité de groupes terroristes. Accusant le pouvoir de corruption et révoltés par les attaques sanglantes des groupes armés et le résultat controversé des élections législatives du printemps dernier, des dizaines de milliers de Maliens sont descendus ces dernières semaines dans les rues de Bamako. Ce mois-ci, des affrontements avec la police ont coûté la vie à 14 manifestants, selon les calculs des Nations unies.
L’opposition, regroupée au sein de la coalition M5-RFP et dont la figure de proue est l’imam Mahmoud Dicko, réclame la démission du président Ibrahim Boubacar Keita, élu en 2013 et réélu en 2018. Porte-parole du M5-RFP, Nouhoum Togo a dit prendre note des propositions de la Cédéao, tout en soulignant qu’elles ne semblaient pas répondre aux attentes de l’opposition ni à la volonté du peuple malien. Par ailleurs, les questions de gouvernance ont également été discutées, notamment la mise en œuvre des Accords d’Alger.
Un fonds de soutien au profit des blessés et des familles des victimes est également prévu. Au final, les présidents de la Cédéao ont fait bloc derrière le président  malien, et par conséquent, appuient la légitimité constitutionnelle. Ses pairs ne veulent plus du tout entendre parler de sa démission réclamée par l’opposition.
Enfin, dans la soirée, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé à suivre «sans délai» les recommandations de l’Afrique de l’Ouest. Un appel qui risque derester lettre morte. L’opposition rejette les résolutions de la conférence extraordinaire des chefs d’État et annonce de nouvelles mobilisations.
M. T. et agences

 

Source: elmoudjahid

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *