LIBÉRATION D’UNE VINGTAINE DE PRÉSUMÉS TERRORISTES APRÈS NÉGOCIATIONS : L’EXEMPLE DU BURKINA FASO NE DEVRAIT-IL PAS SERVIR AU MALI ?

Le Faso vient de faire un effort en libérant des djihadistes. Une action qui met sous pression le pouvoir de Bamako qui entend faire pareil surtout que l’opération séduction concerne un certain Iyad Ag Gahly.

Le Président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré a réussi un gros coup. Le président du Burkina Faso accomplira un acte d’apaisement en prenant langue avec les auteurs des prises d’otages. Une action que l’agence nationale de renseignements,  la Sécurité d’État (SE) du Mali a conduite. Des émissaires de l’influent chef rebelle ont pris langue avec les autorités pour décanter la situation.

L’information a été rendue publique maintenant bien que ce soit clos depuis la première moitié de 2020. Or le Mali est à quatre (04) mois d’attente de pareil cadre d’échanges avec le même interlocuteur. Dans la foulée du coup d’État, la junte annonçait échanger directement avec ceux qui tirent les ficelles de la crise du Nord qui s’est déplacé au Centre. Si le Mali n’a pas voulu céder aux dissuasions de la France, il reste que rien n’a bougé. Est-ce que le voyage du Président Bah N’Daw à Paris a changé la donne?

Nul ne peut le dire même s’il faut reconnaître que Bamako et Paris filent le parfait amour au grand dam  d’Ibrahim Boubacar Kéita: Emmanuel Macron n’a pas hésité à dire que son régime a traîné les pieds sur beaucoup (…)

BAMOISA 

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.