Le cartel des narco-djihadistes

Les djihadistes qui ont frappé à Bamako ressemblent de plus en plus à des guérilleros de la drogue, à l’image de ceux de la Colombie.

 soldat militaire enqueteur onu minusma attentat bamako bar restaurant terasse

Alors que le pays vit depuis 2012 sous la menace djihadiste, la semaine dernière, l’attentat  de Bamako a visé pour la première fois des Occidentaux dans la capitale malienne.

Dans sa revendication de l’attentat, le groupe Al-Mourabitoune a dit vouloir venger non seulement un de ses chefs, Ahmed el-Tilemsi, tué par l’armée française en décembre dernier, mais surtout le prophète Mohammed «de l’Occident mécréant qui l’a insulté et moqué». Il faisait allusion aux caricatures de Mohammed, publiées par l’hebdomadaire satirique français «Charlie Hebdo», dont une partie de la rédaction avait été massacrée deux mois auparavant, jour pour jour, par deux djihadistes à Paris.

L’attentat contre le restaurant « La Terrasse » pourrait aussi perturber le processus de paix et de faire croire à l’opinion nationale et internationale que les forces armées maliennes et celles de la MINSUMA ne peuvent rien contre les terroristes. L’affaire pourrait aussi être plus banale.

Même si son propriétaire n’y est pour rien,  « La Terrasse » est le lieu de rendez-vous des « hispaniques » qui se livrent au trafic de drogue selon un vieil habitué de Bamako. Ces derniers sont chargés de récupérer « la came » en Afrique du nord et au sud de l’Europe.

Grand trafiquant devant l’éternel, le chef des Almoravides éprouve depuis quelques temps des difficultés à acheminer ses cargaisons. D’où, peut être aussi, sa vengeance contre la symbolique « Terrasse » …

Les djihadistes du désert ressemblent de plus en plus à des guérilleros colombiens, les enjeux s’élèvent en dizaines de millions d’euros, le champ est libre aux trafiquants camouflés en extrémistes, le chameau blatère et la caravane passe …

 

Paul-Louis Kone

Source: Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.