La libération de l’ancien chef de la police islamique de Gao réclamée par Koufa

Le prédicateur radical et chef du groupe katiba d’Ançar Dine du Macina, Amadou Koufa a réclamé récemment la mise en liberté immédiate de l’ancien chef de la police islamique de Gao, Aliou Mahamar Touré. Ce dernier a été capturé par les forces françaises de l’Opération Barkhane, à la fin du mois dernier, dans son village Wagaye, situé dans le cercle de Bourem.

 

Il y a beaucoup d’interrogations par rapport à cette demande d’Amadou Koufa, dont on ignore les liens qu’il pourrait entretenir avec « le coupeur des mains  » de Gao. Les raisons de la nouvelle capture de l’ancien chef de la police islamique, Aliou Mahamar Touré, par les forces françaises de l’Opération Barkhane ne sont toujours pas élucidées, non plus.

Rappelons qu’il avait été libéré, au mois de février dernier, en échange du préfet de Tenenkou, Makan Doumbia et d’un journaliste.

Cela, malgré sa condamnation à 10 ans d’emprisonnement ferme prononcée en 2017 et la contestation des organisations de défense des droits de l’Homme. Lesquelles condamnent ces libérations à l’emporte-pièce, les considérants comme une prime à l’impunité.

Ainsi, après la nouvelle capture d’Aliou Mahamar Touré, il n’est pas évident que les forces françaises le remettent aussi facilement aux autorités maliennes, craignant sa libération. Surtout qu’Aliou Mahamar pourrait avoir un lien avec la recrudescence des attaques terroristes récemment observées dans les régions de Gao et Ménaka. Ses anciens complices du MUJAO demeurent toujours très actifs dans des groupes qui sévissent dans ces zones. La libération de l’ »ancien coupeur des mains de Gao  » a d’ailleurs été récemment réclamée par le chef de la Katiba d’Ançar Dine du Macina, Amadou Koufa.

Pour l’heure, on ignore les liens que ces deux terroristes entretiennent, même si des observateurs avertis n’excluent pas la fibre communautariste. L’on se rappelle qu’Iyad Ag Ghali s’appuyait particulièrement sur Koufa pour faire basculer la communauté peule dans le terrorisme. Il n’est donc pas exclu que Koufa use de la même stratégie c’est-à-dire s’appuyer sur l’ancien chef de la police islamique de Gao pour intéresser la communauté songhaï et la faire adhérer à sa cause.

C’est la seule explication qui peut pousser Koufa à s’intéresser à Aliou Mahamar Touré. Sinon l’on sait que s’il y a un groupe qui pourrait grandement ouvrir les bras à ce dernier, c’est surtout l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS), lequel regroupe notamment la majorité des transfuges de l’ex-MUJAO. Cela, même si le Mali est connu comme étant l’un des rares, si ce n’est le seul théâtre où Al-Qaïda et l’Etat islamique coopèrent et collaborent. Ailleurs, ces deux organisations aux idéologies et aux méthodes très différentes s’affrontent plutôt. Cette situation prouve à suffisance que les terroristes cherchent surtout à communautariser leur combat. Leur stratégie s’assimile à celle de la terre brûlée pour pourrir au maximum la situation.

Maciré DIOP

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *