Kadiolo : DES ASSAILLANTS MITRAILLENT LE CAMP MILITAIRE

 

rebelles combattants jihadistes mujao armes nord mali kidal

Des hommes armés ont ouvert le feu hier sur le camp militaire de la localité de Misseni, dans le cercle de Kadiolo. Aux environs de 9 heures, au moment où les habitants entamaient leurs occupations agropastorales et commerciales, des tirs d’armes de guerre ont retenti au niveau du camp militaire de l’opération « Soutoura ». Ce camp est occupé par des éléments de l’armée de terre et de la garde nationale qui ont pour mission de protéger la localité et de lutter contre l’insécurité dans la zone. A quelques cinquante mètres du camp, s’élève le poste de police frontière tandis que le poste de sécurité de la gendarmerie est à l’entrée de la localité.
Les informations recueillies auprès de témoins de l’événement indiquent qu’une dizaine d’individus en tenue traditionnelle, armés de pistolets mitrailleurs (PM) sont arrivés à motos aux abords du camp. Sans crier gare, les assaillants ont tiré sur le camp pendant une heure d’horloge avant de disparaitre dans la nature. Aucune victime, ni dégât matériel d’importance n’a été signalé.
Selon un élu de la localité, il n’y a pas eu de riposte des militaires. Les troupes étaient-elles absentes du camp au moment de l’attaque ? Pour l’instant la question reste sans réponse, faute d’interlocuteur militaire. Le sous-préfet de la commune de Misseni, Lamine Kouyaté, a, lui, annoncé que les soldats ont déclenché une opération de ratissage pour retrouver les auteurs du mitraillage du camp.
Des témoignages recueillis dans la localité font état, dimanche en début de soirée, de la présence d’individus armés aperçus à bord d’un véhicule tout terrain non loin du camp. Rappelons que cette incursion d’hommes armés dans la commune de Misseni n’est pas la première. Au mois de juin dernier, le camp du détachement de l’armée, le poste de police et celui de la gendarmerie avaient déjà été la cible d’attaques jihadistes qui ont fait un mort parmi les gendarmes et d’un blessé civil. Affaire à suivre.
C. BATHILY
AMAP-Kadiolo

 

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *