Insécurité grandissante : Tiéman et Sada doivent rendre des comptes

En une semaine, le Mali a enregistré trois crapuleux actes de banditisme, qui ont coûté la vie à une vingtaine de soldats et de gardes. D’abord, entre Diabaly et Nampala (région de Ségou), 05 militaires ont été tués, lors d’une embuscade. Ensuite, la stupeur est arrivée avec l’attaque, le mardi dernier, du poste de la garde nationale à Rharous (Tombouctou). Bilan : 13 gardes (ou plus selon certaines sources) tués et de nombreux blessés.

 général Sada Samake ministre Sécurité intérieureEnfin, l’horreur est survenue, le vendredi dernier, à Sévaré (Mopti) avec la prise d’otages à l’hôtel Byblos. Le bilan est très lourd : 12 morts dont 5 soldats maliens, un agent de la MINUSMA, 2 civils et 4 assaillants tués. C’est dire que le Mali bascule dans la violence et la barbarie.

Mais, au même moment, les ministres en charge de la Défense, Tiéman H. Coulibaly et celui de la Sécurité, Sada Samaké, brillent à la fois par leur silence et leur absence sur le terrain. Et pourtant, ils sont les deux premiers responsables directement concernés par la dégradation de la situation sécuritaire du pays. Ils doivent des explications aux Maliens, qui sont actuellement désemparés et traumatisés par ce qui arrive au pays. Aussi, vu la gravité de la situation, le chef de l’Etat est personnellement interpellé. Pourquoi continue-t-il à garder sa confiance à des gens qui ne sont visiblement pas capables de remplir correctement les missions à eux confiées ?

La Rédaction

source : L  Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.