Insécurité et retard dans l’opérationnalisation des régions non opérationnelles : Le CRNOP interpelle le premier ministre Boubou Cissé

Le collectif des régions non opérationnelles (Crnop) ne croise pas le bras. Il s’indigne du retard de l’opérationnalisation des  nouvelles régions et le sort des régions de Bandiagara et Douentza. Dans sa dernière sortie, le collectif a interpellé le gouvernement non seulement sur l’opérationnalisation de toutes les nouvelles régions mais aussi de la menace sur les régions de Douentza et Bandiagara qui vivent des moments sombres.

 

  1. Mamba Coulibaly et ses camarades de lutte sont toujours vent débout pour l’opérationnalisation des nouvelles régions : Nioro, Kita, Nara, Dioïla, Bougouni, Koutiala, San, Bandiagara, Douentza.   La situation sécuritaire dans deux ces régions non opérationnelles, notamment Douentza et Bandiagara, suscite la colère des membres du CRNOP. C’est pourquoi, ce collectif a lancé un appel de solidarité aux autres nouvelles régions pour aider les populations des régions de Bandiagara et Douentza.

Dans la déclaration qui nous est parvenue, les neuf régions non opérationnelles de la loi n°2012-017 du 2 mars 2012 portant création des onze nouvelles régions administrative en république du Mali se disent fortement préoccupées par la situation qui prévaut dans les régions de Bandiagara et Douentza. Aussi, a-t-il rappelé qu’en 2016, un an avant la date butoir du calendrier d’opérationnalisation des nouvelles régions, le Crnop a interpelé le président de la République et ses différents gouvernements à la nécessité de rendre opérationnelles ces régions. A en croire ce collectif, l’opérationnalisation de ces nouvelles régions  permettrait à ces régions surtout Bandiagara et Douentza fortement menacées à l’époque par les enlèvements et assassinats ciblés à l’endroit des autorités administratives et coutumières sans oublier les leaders religieux hostiles à la propagande des djihadistes à éviter ce que nous vivons aujourd’hui. « Une base militaire régionale dans le cadre de l’opérationnalisation de ces régions comme souhaitée par le Crnop aurait été un moyen pour éviter les massacres auxquels nous constatons avec amertume, dû à la faiblesse de l’Etat », lit-on dans le document du collectif.

Ce que déplorent M. Mamba Coulibaly et ses camarades est que  le président de la République et ses différents gouvernements interpelés ont fait la sourde oreille à leurs cris, leurs combats. «  Des assassinats ciblés, nous nous sommes retrouvés avec des dizaines de morts. Aujourd’hui, ce sont des villages entiers qui sont complètement détruits en laissant une hécatombe », déplore le CRNOP.

Enfin, le collectif des régions non opérationnelles (Crnop) interpelle encore une fois de plus le gouvernement de Dr. Boubou Cissé à assurer la sécurité des populations et de leurs biens dans les régions Nara, San, Bandiagara et Douentza, mais surtout à tout mettre en œuvre pour rendre opérationnelle les régions dans le cadre de la loi 2012-017 du 2 mars 2012 d’ici le 22 septembre 2019.

Boureima Guindo

Source : Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *