Insécurité dans le sahel : Panique dans la ville de Diéma

Un réseau de  terroristes se réclamant du Front de libération du Macina a été démantelé en début de la semaine dernière à Diéma, région de Kayes. En fuite, le bras armé du réseau et fournisseur en armes et munitions, localisé vers la Mauritanie, menace de revenir venger l’arrestation de ses trois autres complices, en détention provisoire au Camp I de la gendarmerie de Bamako.

fusil pistolet braquage

La ville de Diéma vit dans une terrible  psychose entretenue par un groupe de  terroristes se réclamant du FLM du prédicateur Peuhl, Amadoun Koufa. Ce groupe avait infiltré la ville pour y recruter des combattants en vue de perpétrer un attentat. Les djihadistes ont cherché à trouver refuge chez des Peuhl de la ville. Mal leur a pris puisque  les premières personnes contactées ont non seulement rejeté l’offre mais auraient alerté de leur  présence. C’est ainsi que trois sur  quatre ont été mis aux arrêts et transférés  lundi dernier au Camp I de la gendarmerie de Bamako.

Psychose

Le cerveau du groupe, celui chargé de l’acheminement des armes et munitions, a pu passer au travers des mailles du filet des limiers et aurait fui en Mauritanie. Selon nos informations, ce serait Amadou Koufa en personne qui aurait menacé de faire libérer Amadou Dicko et de régler le compte aux personnalités Peuhl ayant refusé d’adhérer à leur projet d’attaque.

Les assaillants terroristes ciblaient principalement les symboles de l’Etat : les forces de défense et de sécurité, la sous-préfecture, la Justice, les Eaux et forêts, les Douanes…

Face à cette nouvelle menace, un renfort de 10 éléments est arrivé du Camp militaire de Nioro. Malheureusement, ce dispositif ne semble pas pour autant rassurer la population qui dénonce des mouvements  nocturnes de présumés terroristes dans les périphéries de la ville qui connait un ralentissement total de ses activités socio-économiques.

 

On soutient surtout que le village de Dianguirdé, situé à 25 km de Diéma, est  le sanctuaire de ces éléments terroristes. Aussi,  un autre détachement djihadiste est signalé à Sakabarry dans le cercle de Kita.

Aux dernières nouvelles, une information judiciaire a été ouverte au pôle spécialisé de lutte contre terroriste du Tribunal de la Commune VI.

Diéma est une ville carrefour située à la porte du Sahel et à la boucle du Baoulé, une forêt classée qui mène à d’autres zones non encore infestées par les terroristes. Mais jusqu’à quand ?

Maliki Diallo

Source :l’indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *