Incident FAMa-CMA à Intahaka: les précisions de la DIRPA

« Nos forces ont été prises à partie et ont réagi », a déclaré ce lundi 3 octobre 2022, le patron de la DIRPA, le Colonel Souleymane DEMBELE, qui réagissait ainsi face aux accusations d’une probable attaque des FAMa contre les positions des éléments d’un groupe signataire de l’Accord pour la paix, le 28 septembre 2022, à Intahaka.

 

L’incident est survenu le 28 septembre 2022 entre une patrouille des Forces armées maliennes (FAMa) et des éléments conjoints de la Plateforme et de la Coalition des Mouvements de l’Azawad dans la localité de Amasrakad, dans la région de Gao.
Lors de la conférence de presse qu’il a animée dans les locaux de sa structure, le Directeur général de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA) a tenu à apporter des éclairages sur cet incident.
« On n’avait pas voulu communiquer, dans un premier temps sur cet incident. Nous sommes dans un format d’Accord. À vouloir être le premier à dénoncer cette situation, c’est comme si on était dans une posture de provocation. Tel n’est pas le cas. Nos forces qui étaient en désengagement ont été prises à partie à partir de Intahaka. Suivant le communiqué du CSP (Cadre stratégique permanent), ils disaient qu’ils étaient en train de tester de l’armement quand les FAMa les ont attaqués. Les enquêtes sont en cours, je ne veux pas m’appesantir là-dessus. Mais, ce qui est clair, on a été attaqué et on a réagi », a précisé le Colonel DEMBÉLÉ.
À la suite de l’incident, la MINUSMA annonce qu’il est prévu de constituer une Équipe mixte d’Observation et de Vérification (EMOV).
Composée de représentants du Gouvernement malien, des groupes armés signataires et de la MINUSMA, l’EMOV sera chargée de faire la lumière sur ce malheureux incident et de faciliter la prise des mesures requises dans le cadre des mécanismes prévus par l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger.
Par ailleurs, la MINUSMA souligne la nécessité pour tous les acteurs concernés de continuer de privilégier la voie du dialogue et de persévérer dans la dy¬namique actuelle de parachèvement de la mise en œuvre de l’Accord de paix.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.