Incarcérés dans le cadre de l’affaire dite des Bérets rouges : des compagnons de Sanogo bientôt libérés

Placés sous mandat de dépôt dans le cadre de l’instruction sur l’affaire dite des 21 Bérets rouges exécutés et ensevelis dans une fosse commune à Diago, plusieurs compagnons d’infortune du capitaine-général Amadou Haya Sanogo dont des officiers et généraux, bénéficieront bientôt d’une liberté provisoire. Parmi les concernés, on cite le Général Yamoussa Camara, appelé à partir à la retraite en décembre prochain, le capitaine Amadou Konaré, le Général Sidy Alassane Touré, pour ne citer que ceux-là. Quid du capitaine-général Amadou Haya Sanogo ? Lui et le lieutenant Seyba Diarra devront en principe rester en cellule, en attendant que le procès puisse se tenir. Rappelons que le juge Yaya Karembé a bouclé l’instruction depuis plus d’un an et certainement que l’attente ne sera plus longue pour voir la Cour d’assises siéger au sujet de ce dossier. Du moins, nous l’espérons.

general amadou haya sanogo putschiste militaire

Résultats du Bac 2015 : le Cours secondaire Mandé Sidibé au tableau d’honneur

Le Bac, cette année, a été une véritable hécatombe pour les jeunes lycéens maliens, avec un taux de de réussite de 17, 49 % seulement. Il faut cependant féliciter les élèves du Cours secondaire  Mandé Sidibé de Manantali qui s’est placé 1er de la région de Kayes, avec un taux de réussite de 76,20 % au Bac cette année. Confirmant ainsi le niveau très bon niveau de  son corps professoral. Ses lycéens et leurs professeurs  font honneur à feu Mandé Sidibé, l’ancien Premier ministre malien qui était très exigeant sur l’excellence dans les études et dans le  travail  de tous les jours.

 

Suspension du maire de Gao Sadou Diallo : entre règlement de comptes et calculs politiciens

Concernant Sadou Diallo, il convient de l’appeler désormais ex maire de Gao, avec la mesure de suspension de trois mois qui vient de le frapper. En effet, avec cette sanction, il est mis hors du processus électoral car les élections communales et régionales sont prévues pour le mois d’octobre prochain. La coïncidence pousse à dire que c’est un fin calcul politicien pour l’écarter de la course, lui qui dérange tant de responsables politiques de la localité, à commencer par le ministre de tutelle des mairies avec qui il a eu un accrochage il n’y a guère longtemps. Si ce n’est un calcul politicien, c’est donc un règlement de compte laissent entendre des proches de Sadou dont il faut reconnaître le courage car il a été l’un des derniers responsables politiques à avoir quitté Gao lors de l’assaut des terroristes en 2012 et sa tête était mise à prix par les djihadistes qu’il avait défié en appelant à résistance sur les ondes des radios internationales.

 

Grogne chez les revendeurs de puces téléphoniques : un différend les oppose aux compagnies de téléphone

Les revendeurs de puces téléphoniques ne sont pas contents de la décision prise par les compagnies de téléphonie consistant à annuler les crédits des puces non encore vendues à partir du 15 août prochain. Ce que récusent les revendeurs qui estiment que le délai est trop court et demandent de repousser l’échéance pour avoir le temps d’écouler leur stock de puces d’une valeur de plusieurs millions de Fcfa. Mais les compagnies de téléphone, qui ont pris cette initiative dans le cadre de la nouvelle réglementation sur la vente des puces, notamment l’identification de tout détenteur, a proposé de reprendre ces puces non vendues au prix de 400 Fcfa. Non ! Disent les revendeurs qui  affirment les avoir eues au prix de 1 000Fcfa pièce. Espérons qu’un terrain d’entente puisse être trouvé entre les deux parties qui sont restent quand même des partenaires d’affaires.

 

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : Alassane Dramane Ouattara a déposé son dossier de candidature devant la Cour constitutionnelle hier dans la matinée

L’élection présidentielle en Côte d’Ivoire se tiendra le dernier dimanche du mois d’octobre prochain, c’est-à-dire presque concomitamment deux semaines après les scrutins présidentiels du Burkina Faso et de la Guinée qui se dérouleront à la même date, notamment le 11 octobre.  Cette cascade d’élections avec comme corollaire les contestations violentes qui pourraient en découler,  constitue un véritable danger pour la sous-région déjà sous la menace terroriste. Pour le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, des voix ont osé s’élever pour tenter de discréditer la candidature de l’actuel président, Alassane Ouattara, en évoquant des dispositions constitutionnelles, notamment les articles 35 et 36 très contestés de la Constitution sur la question de l’origine de tout candidat à la présidentielle dans ce pays. Des dispositions qu’il n’a pas fait abroger et que de malins esprits distillent pour battre campagne contre sa candidature à sa propre succession.

 

Silence ! Le Mali affame sa presse locale pour engrosser les journaux des pays riches comme l’hebdomadaire « Le Point » 

« Honni soit qui Mali paie » a titré le Canard enchaîné dans sa livraison du mercredi 29 juillet 2015 pour railler l’acte posé par le Mali en faveur du journal « Le Point ». En effet, si à Jeune-Afrique il faut débourser près de 10 millions FCFA pour avoir droit à une page de publireportage, on se demande alors combien le Mali a dû payer pour quatre pages dans le magazine « Le Point ». Pas moins de 40 millions de nos francs en tout cas§ A qui profite ce business ? Sans commentaire, nous vous proposons in-extenso ce texte plein de saveur du succulent « canard Enchaîné » : « La presse magazine a besoin d’argent. Et toute publicité est bienvenue. « Le Point », propriété du milliardaire François Pinault, a ainsi publié, la semaine dernière, quatre pages d’autopromotion du Mali, l’un des pays les plus pauvres de la planète. Interrogé sur le montant de la facture, la régie publicitaire de l’hebdomadaire n’a pas souhaité répondre au « Canard ». Comme quoi, les plus démunis peuvent aussi contribuer au développement de la presse des pays les plus riches. Merci qui ? »

 

Le site du Monument du cinquantenaire en danger : il est convoité par le rejeton d’un haut-d’en-haut pour y construire un hôtel

Le site du Monument du Cinquantenaire vous connaissez ? C’est le terrain qui se trouve au bord du fleuve Niger, près de la banque Bicim et en face du Centre international de conférences de Bamako (Cicb). Le président ATT y avait effectué la pose de la première pierre pour la construction du Monument du Cinquantenaire qui a tardé finalement à voir le jour. Le verra-t-il d’ailleurs ? En tout cas, le site est très convoité par le fils d’un haut-d’en-haut qui racle tout sur son passage. Un vrai prédateur ! Selon des indiscrétions provenant de son entourage, il voudrait construire un hôtel sur ce site. Il est actuellement en train de déployer un intense lobbying pour que ce terrain lui soit cédé. Alors, vigilance !

 

Exploitation d’un réseau de télécommunications 4G au Mali : Orange-Mali déjà en négociations avec l’Etat 

Après avoir procédé à des tests réussis au Sénégal où il a déjà obtenu l’autorisation d’exploitation de la 4G, le Groupe Orange, premier opérateur au mali avec plus de 53% du marché des télécommunications, est aussi en négociation au Mali pour y introduire la technologie 4G. C’est dire que le troisième opérateur qui pointe le bout du nez devra se plier en quatre pour gagner sa place sur le marché national déjà bien occupé par Orange et Sotelma-Malitel.

 

Pour récompenser son bienfaiteur : un ministre offre un véhicule V8 à son bienfaiteur proche du président de la République

Grand signe de gratitude que ce geste d’un ministre du Gouvernement très en verve ces derniers temps. En effet, pour remercier celui qui l’a recommandé au chef de l’Etat pour être nommé à son poste, il lui a offert une voiture V8 toute neuve. Une très bonne façon de remercier ce proche du président de la République pour lui avoir donné un coup de piston, mais aussi une façon de continuer à bénéficier de son soutien, au moment où les fauteuils de ministres peuvent devenir facilement éjectables avec ces bruits de remaniement et surtout avec ces histoires d’aménagement de places au sein du Gouvernement pour accueillir les représentants des ex-groupes armés qui doivent y siéger.

 

Levée des mandats d’arrêt contre des responsables de groupes armés du nord du Mali : un grand coup de bluff

La Coordination des mouvements de l’Azawad (Cma) voulait jouer au plus malin. Elle a mis en avant, dans le cadre de la finalisation des négociations avec l’Etat, des gens concernés par des poursuites judiciaires pour crimes et violations de droits de l’homme au nord du pays. Certains d’entre eux sont même directement visés par les mandats d’arrêt internationaux lancés par la justice malienne depuis la transition. L’Etat a eu beau jeu de déclarer que ces mandats d’arrêt sont levées pour les amener à accepter de venir à Bamako pour signer l’Accord issu des négociations d’Alger. Ce qui a été fait car c’est le point principal qui retenait la Cma après avoir paraphé le document à Alger. Mais il se trouve que la justice internationale, implacable, ne reconnaît pas cette mesure politique pour résoudre un problème judiciaire car la Cour pénale internationale s’impatiente et voudrait que soit transférée à son niveau tous les dossiers de crimes et violations de droits de l’homme en souffrance au nord comme au sud du pays (ceux concernant les ex-rebelles du nord et l’ex-junte de Sanogo) si jamais le Mali arrivait à faire preuve de défaillance en matière judiciaire.

Source : la Rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.