Forêt de Wagadou : Où est donc l’armée défensive promise ?

La bravade du colonel déserteur Bamoussa Diarra autour de la forêt du Wagadou soulève la question de l’option offensive de la stratégie antiterroriste du Mali. Peu avant que Tièman Hubert Coulibaly ne soit débarqué du portefeuille de la Défense, une certaine polémique avait eu lieu, par presse interposée, entre lui et son prédécesseur à ce département, Soumeylou Boubèye Maiga, et non moins actuel secrétaire général de la présidence de la République.

armee malienne soldat militaire fama eaux forets patrouille nord mali gao kidal tombouctou

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants de l’époque, Tiéman Hubert Coulibaly avait piqué une vive colère, lorsque Soumeylou Boubeye Maïga – celui qui avait été à ce poste avant lui et dont avait eu raison les effets dévastateurs de la visite de Moussa Mara à Kidal – soutenait devant des journalistes, qu’il fallait au Mali une armée proactive, afin de débusquer les terroristes qui multipliaient les attaques meurtrières. Le patron de l’UDD a même tancé Boubèye en déclarant qu’il n’avait pas de leçon à recevoir de ceux qui ont géré le pays depuis 20 ans, tout en souhaitant qu’ils devraient le laisser travailler tranquillement.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis, et Tiéman Hubert Coulibaly est revenu aux affaires en tant que ministre de l’administration territoriale, mais les groupes terroristes continuent de narguer les forces de défense et de sécurité en allant se refugier dans les forêts. On s’attendait à ce que la forêt de Wagadou soit ratissée largement après le départ de Tiéman Coulibaly du ministère de la Défense. Pour de nombreux observateurs, son départ allait être le déclic de l’option offensive prônée.

En tout cas, on a du mal à comprendre que la forêt du Wagadou n’ait fait l’objet d’un nettoyage par les forces qui luttent contre le terrorisme au Mali. En effet, depuis l’offensive conjointe des armées  mauritanienne et malienne sous l’ancien président ATT, cette forêt n’a pas été suffisamment ratissée malgré la présence régulière des terroristes.

Mais il n’y a pas que la forêt du Wagadou qui interpelle les forces anti-terroristes présentes au Mali, étant donné que d’autres caches du même genre sont nombreuses. Après la mort d’un soldat français, les éléments de la force Barkhane viennent d’annoncer la neutralisation d’une vingtaine de terroristes entre le Mali et le Burkina Faso. Le contingent français n’a-t-il pas le devoir de faire autant contre les forêts « fossiles » du delta central et du Gourma ?

Les jours à venir montreront si les responsables maliens de la défense et de la sécurité ont compris la leçon, après l’embuscade meurtrière du 2 mai ayant fait 9 morts dans leurs rangs. Bamoussa Diarra et sa suite ne méritent pas qu’on leur face des quartiers. Il est vrai que ratisser une forêt est couteux, mais ce n’est pas au-dessus des moyens des FAMAS qui ont montré de quoi ils peuvent être capables dans la forêt de Sama, non loin de la Cote d’Ivoire.

Soumaila T. Diarra

Par Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *