Focus : Diktat algérien

Un accord dans un Accord ? Oui, Bamako s’apprête à vivre ce jour, lundi, un événement inédit avec la signature officielle, en principe, entre le gouvernement malien et les groupes armés de l’Entente nouée lors de la neuvième session ordinaire du Comité de suivi de l’Accord issu du processus d’Alger tenue les 13 et 14 juin derniers, sous la présidence de l’Algérie. Textuellement, c’est une «ENTENTE sur les modalités pratiques de mise en place des autorités intérimaires, des chefs de circonscriptions administratives, le redéploiement des services déconcentrés de l’Etat et sur le mécanisme opérationnel de coordination ».

modibo keita premier ministre chèf gouvernement negociation pourparlers paix dialogue rebelle touareg mnla bandit armee hcua maa azawad réunion conference algerie

Pourquoi la signature solennelle d’un mini accord sur les autorités intérimaires supposées tirées de l’Accord de paix ? Pourquoi cet intérêt démesuré pour ces autorités transitoires ? Et le choix de la date symbolique du 20 juin ?

La réponse nous parait plausible : la mise en place des autorités intérimaires dans les régions du nord marque le top départ de la partition du Mali. Partition programmée par l’Algérie et la France. Plus spécifiquement, le voisin nordiste semble avoir un intérêt particulier à la dislocation du Mali.

C’est pourquoi, après  avoir échoué dans sa tentative d’empêcher une intervention militaire étrangère au nord (qu’il considère comme sa chasse gardée) l’Algérie, après, l’élection d’IBK, a réussi un tour de force en écartant la CEDEAO du dossier du nord. Alors que ce regroupement ouest africain avait réussi, en si peu de temps, à rétablir l’ordre constitutionnel et à doter le Mali du meilleur Accord de son histoire : l’Accord de Ouaga du 18 juin 2013. Cet accord avait permis d’organiser de réinstaurer les institutions de la République à travers des élections libres (y compris à Kidal) et de ramener l’Administration à Kidal.

Cette situation n’arrangeait guère l’Algérie qui a activé les groupes armés, entièrement à la solde d’Alger. Aujourd’hui encore, ce pays contrôle plusieurs responsables de la rébellion. A la fois pompier et pyromane, c’est l’Algérie qui a mis le feu aux poudres dans la discorde entre le gouvernement et les groupes armés à propos des autorités intérimaires, avant de convoquer les deux parties à Alger pour éteindre le feu et de forcer l’ENTENTE issue de la neuvième session du CSA.

Aujourd’hui, une délégation venue de l’Algérie pour être témoin de la signature de l’accord d’entente sur les autorités intérimaires (qui consacre la partition du Mali).

Il est temps pour les Maliens de se rendre à l’évidence que l’Accord d’Alger  est en réalité un diktat algérien.

CH Sylla

Source : L’ Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *