Fin de brouille entre Paris et Bamako : Le général Gamou reçu à l’ambassade de France

Les nuages se dissipent peu à peu. Paris renoue avec Bamako. Les signes sont nombreux pour en attester. De l’audience de Gamou à l’ambassade de France au Mali à la récente déclaration du ministre français de la Défense… et pas seulement ! L’embellie se confirme.

general el hadji ag gamou touareg

Il y a un moment, pour ne pas dire après la victoire d’IBK à la présidentielle et même pendant la transition, il ne se passait pas une semaine sans qu’un ministre français, un directeur d’une structure française ne se rende à Bamako. Mais, avec la lenteur dans la mise en application de l’accord de Ouagadougou, il y a eu un froid dans les relations entre le Mali et la France.

Pendant ce temps, il y a eu les incidents de mai 2014, l’installation du commandement de Barkhane à N’Ndjamena, l’affaire Tomi, sans compter le ralentissement de la coopération bilatérale. De nos jours, les signaux sont nombreux pour montrer qu’il y a un début de reprise. Hollande appelle désormais IBK au téléphone afin de parler de la situation du pays et des pourparlers. Quid de la visite de 22 entreprises françaises à Bamako, dont le président a été reçu à Koulouba ?

La percée de Gatia sur le terrain sans encombre contre le Mnla, le ratissage et le nettoyage de Barkhane à Kidal et les patrouilles avec l’armée malienne à Kidal et dans les autres régions du nord du Mali. RFI accorde une interview au président malien ; la même radio accorde peu d’importance aux propos des séparatistes du Mnla. Et tout récemment la rencontre entre le général Gamou et un conseiller à l’ambassade de France à Bamako. Autant de signes qui ne trompent pas. Lors de cette rencontre, le général Gamou, selon nos sources, a été on ne peut plus clair avec les Français. Il a souhaité que l’armée malienne soit déployée partout au Mali, afin de faciliter le travail des forces internationales. Cela passe, dira-t-il, par la récupération de Kidal. Gamou soupire que l’armée malienne ne soit plus arrêtée dans sa progression.

48 heures après le passage de Gamou à l’ambassade de France, le ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian, qui a fait une escale à Dakar et tenu cette déclaration : «La France va renforcer son dispositif militaire dans le nord du Mali. Elle entend riposter à la recrudescence d’attaques jihadistes ces dernières semaines dans la région». Il avait à cette occasion reconnu que «depuis quelques temps, il y a une recrudescence du terrorisme au nord du Mali. C’est dû à une volonté de ces groupes terroristes de revenir sur leur défaite de 2013. Il ne faut pas laisser ce mal revenir, c’est la raison pour laquelle nous avons commencé à renforcer notre effort au nord du Mali.»

Cette déclaration du ministre français de la Défense ne tombe pas par hasard. Depuis deux mois, les jihadistes du nord du Mali multiplient en effet les attaques. Ils s’enhardissent jusqu’à bombarder le camp des casques bleus à Kidal. Voilà autant de signes qui montrent que la France signe son retour, même si l’opinion malienne dans sa grande majorité pense que c’est la France qui est à la base de tout ce qui se passe dans le nord. Pour les Maliens, il y aurait un deal entre Paris et les séparatistes du Mnla. C’est à la France de prouver le contraire au peuple malien qui reste acquis dans sa grande majorité à l’indivisibilité du Mali.

Kassim TRAORE

SOURCE: Le Reporter  du   29 oct 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.