En un mot : Les non-dits d’un régime de sanctions

La rapidité avec laquelle le Conseil de sécurité des Nations unies a voté la résolution sur un régime de sanctions au Mali est un signe qui ne trompe pas. Et il est à craindre que la mesure qui, officiellement vise à sanctionner ceux qui entravent le processus de paix et de réconciliation, ne soit une occasion de régler des comptes à des gens. A regarder de près le contenu du document, il y a une certaine de complaisances dans la décision de l’organe onusien.

ibrahim boubacar keita ibk mali herve ladsous onu visite

Nombre d’observateurs estiment en effet que c’est un texte taillé sur mesure contre un groupe armé au nord. Il devient de plus en plus clair que le Gatia est particulièrement visé par cette mesure édictée par Paris. Ce n’est donc peut-être pas l’intérêt du Mali, mais de la France, qui souhaite éventuellement mettre fin à la révolution sociale à Kidal et maintenir le statu quo. Or, sans l’égalité des hommes à Kidal, le retour de la paix au Mali risque d’être perpétuellement renvoyé aux calendes grecques.

DAK

Par L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *