En invitant le gouvernement à négocier avec Iyad Ag Ghali et ses acolytes : Tiébilé Dramé veut-il insulter la mémoire des soldats ‘’égorgés’’ à Aguel hoc ?

Le président du PARENA, Tiébilé Dramé, persiste et signe qu’il faut négocier avec la bande à Iyad Ag Ghali, principal auteur de l’assassinat de plus d’une centaine de soldats maliens froidement égorgés à Aguel hoc et de plusieurs autres crimes. Le bélier en chef a-t-il complètement perdu les pédales. Sinon a-t-il, demandé l’avis des victimes d’exactions commises par  Iyad Ag Ghali et ses acolytes ?

tiebile drame journaliste parena opposition

« … il convient de dialoguer de bonne foi avec les groupes armés,  d’explorer la possibilité de parler avec les djihadistes maliens (avant qu’il ne soit trop tard) » c’est l’une des propositions faites par le président du PARENA, Tiébilé Dramé,  l’opposant le plus acerbe de la scène politique malienne.  C’était  à la faveur d’une conférence qu’il a animée, le 5 février, à Dijon en France face aux Maliens de la diaspora.

Au fait, l’idée n’est pas nouvelle, car en d’autres lieux et d’autres circonstances, le président du parti du bélier, Tiébilé Dramé l’a déjà défendue. Sans pourtant aller au fond de ses idées pour convaincre l’opinion publique et le gouvernement sur ce que le Mali gagnerait en négociant avec, selon ses propres termes, ‘’les djihadistes maliens’’. Chose qu’il propose comme une ‘’ thérapie vigoureuse’’ pour dit-il, bien soigner  l’homme malade du Sahel qu’est le Mali.

En clair, pour Tiébilé Dramé, l’homme qui a dirigé la première phase du dialogue inter Maliens de Ouagadougou en 2013 au plus fort de la crise, la bande à Iyag Ag Ghali  doit être associé au processus de dialogue pour que le Mali puisse enfin retrouver sa stabilité d’antan.  Une proposition saugrenue qui a fait l’objet de virulentes critiques de la part des internautes hier.

« Je pense que la proposition faite par Tièbilé Dramé qui est de négocier avec les terroristes maliens est la proposition la plus sordide que la population malienne n’ait jamais entendue dans crise du terrorisme. Tièbilé Dramé est-il fou ou se fout-il de la population malienne ? », fustige un internaute sur le site Malijet, sous le pseudonyme, Général Dembélé.

« Le gouvernement malien ne négociera pas avec les terroristes et qu’ils soient Maliens ou pas. La proposition de Tièbilé Dramé est nulle, négocier avec les terroristes serait de jeter de l’huile sur le feu. Si le Mali négocie avec les terroristes, notre pays deviendra le fief des terroristes du continent africain » pense le Justicier (Pseudo Ndlr).  Avant qu’un autre ajoute sous le sobriquet  de  MALIDEN KOURA « Tièbilé Dramé devient de plus en plus fou, je me demande s’il dispose de toutes ses capacités mentales. Le fait de négocier avec les terroristes maliens ou pas est d’offrir notre pays sur un plateau d’argent ».

Dans le même ordre d’idée, Cherif  Haïdara, pense que la méthode employée par le gouvernement actuelle est la bonne.  « La meilleur façon de combattre le terrorisme est de traquer leurs principaux acteurs jusqu’à leur dernière cachette. Les terroristes nourrissent des idéologies très sordides qui tendent vers la religion, alors il sera impossible de trouver un terrain d’entente avec eux », dit-il.

Tandis qu’un autre internaute ironise : « Encore Tiébilé en France pour des causes du Mali ?  Ce n’est pas un bon signe, veillez voir s’il n’en a pas profité pour distribuer d’autres tracts… ».

En analysant les propositions de Tiébilé Dramé, on est tenté de dire que le beau-fils de l’ancien président Alpha Oumar Konaré est en panne d’inspiration, tellement ses idées sont incohérentes. Pour preuve, aussi paradoxal que cela puisse paraitre, l’opposant propose d’explorer les possibilités d’inviter les ‘’djihadistes maliens’’ à la table des négociations, tandis qu’au même moment, il désapprouve l’accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés rebelles sous l’égide de la communauté internationale. Lequel accord, selon lui, contient « des dispositions qui suscitent des inquiétudes dans la mesure où beaucoup y voient les ferments de la partition du pays ».

D’accord peut-être, sauf qu’en retour, Tiébilé Dramé, n’a jusque-là pas pu proposer d’autres alternatives que d’explorer les possibilités de négocier avec Iyad et ses acolytes comme pour insulter la mémoire des 153 soldats maliens froidement égorgés à Aguel hoc en 2012 et des autres victimes de la furie djihadistes.

On comprend mieux maintenant pourquoi le président IBK, dès son arrivée au pouvoir, a préférer porter son choix sur quelqu’un d’autre pour conduire le processus de dialogue. Chose que Tiébilé Dramé n’a jamais pu digérer.

Lassina NIANGALY

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *