Départ d’Anefis : Les combattants du Gatia refusent toujours de quitter

Plus jours après l’annonce faite par la plateforme, ses combattants n’ont toujours pas quitté la ville d’Anéfis. Une situation délicate qui prolonge la mission des responsables de la Plateforme dépêchés à Gao depuis le dimanche dernier.

mouvement auto defense ganda iso gatia rebelle touareg azawad mnla armee malienne recrutement

Dépêchés à Gao depuis le dimanche dernier,  les responsables de la Plateforme n’ont pas toujours fini avec «mission d’explication et de sensibilisation sur son retrait d’Anéfis aux populations et à ses combattants ». L’annonce faite par la direction du mouvement de quitter « sans condition » Anéfis pour le weekend dernier pour “accéder à la volonté du président de la République » est totalement ignorée par les combattants sur le terrain qui expriment vigoureusement leur opposition à  la décision les localités reprises à la Coordination des mouvements de l’Azawad à l’issue des affrontements de la mi-août. Une situation très compliquée pour les leaders de la Plateforme contre qui pèsent des menaces de sanction. Sur les antennes de Studio Tamani, le secrétaire général adjoint du Gatia et membre de la délégation à Gatia a expliqué la difficulté de leur tâche.  C’est pourquoi,

« Quand nous sommes arrivés à Gao, nous étions dans la logique de continuer immédiatement sur Anefis. Malheureusement avant d’arriver à l’aéroport de Gao, nous avons trouvé un rassemblement de la population avec les responsables de la Plateforme. On n’a pas du tout compris ce qui se passe, il y a eu beaucoup d’intoxication autour de ce retrait. Il était important pour nous de maîtriser ce qui se passe ici à Gao. Il y a beaucoup de combattants qui ne comprennent pas cette décision, il y a beaucoup de populations qui la comprennent pas également que le fait que les gens sont rentrés chez eux, ils ont été très bien accueillis par leurs populations et qu’on leur dise retourner dans vos positions », explique Hambala Ag Amzata qui s’empresse d’ajouter que « nous avons besoin du temps pour bien expliquer aux uns et aux autres les enjeux, pour qu’on aille de l’avant, pour sauver le processus et que les gens rentrent dans la mise en œuvre de l’accord ».

Quant à l’appel du président de la République à la Plateforme de quitter sans « condition » Anéfis, il ajoute ceci : « Je ne vois en rien, et en quoi ça gène quelqu’un, que son président de la République l’appelle pour lui donner des conseils, à cause du prix qu’on avait payé pour la paix, et à cause de tout ce qu’on a fait comme effort pour avoir l’accord. Je ne pense pas que le président de la République appartient à nous tous il doit nous conseiller ».

La Plateforme demande du temps pour « mieux expliquer les enjeux » du retrait. Et sa tâche est loin d’être aisée surtout que du côté de la communauté internationale, on doute de la bonne foi des organisations d’auto-défense
Nabila

source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *