Dénouement de la crise au centre : un pacte signé entre les mouvements autodéfenses Dogon et Peulh

La Commission d’organisation de la concertation familiale et sociale sur la crise au centre du Mali est parvenue à obtenir un accord entre les mouvements autodéfenses Dogon et Peulh, lundi dernier à Sevaré. Les parties signataires s’engagent d’arrêter immédiatement le cycle des attaques et représailles sur toute l’étendue de la région à l’effet d’éviter les violences intercommunautaires, de favoriser la reprise des activités agricoles et de transhumance et le retour des déplacés.

 

Face au risque d’effondrement de la paix et de la cohésion sociale dans la région de Mopti, victime de violences de tous ordres, préjudiciables à la Paix sociale et au vivre ensemble, les Leaders des combattants des groupes et mouvements d’autodéfense opérant au centre du Mali, réunis le 01 Juillet 2019, à Sevaré, sous l’égide de Abdoulaye Ponna, président de la commission d’organisation de la concertation familiale et sociale sur la crise au centre du Mali, avec l’assistance et l’accompagnement du Ministère de la cohésion sociale de la Paix et de la Réconciliation nationale, ont signé un pacte autour de huit (8) points dans lequel, les mouvements signataires s’engagent à renoncer à la violence.

Selon le communiqué conjoint, Sékou Bolly du groupes d’autodéfense Peulh, Marcelin Guengere du groupe d’autodéfense Dogon s’engagent de mettre en commun leurs efforts pour un retour rapide et définitif de la Paix, de la cohésion et du vivre ensemble au Centre du Mali ; d’unifier l’ensemble des groupes d’autodéfense Peulh en vue d’en faire un interlocuteur fiable face à l’Etat.

Les signataires s’engagent aussi d’arrêter immédiatement le cycle des attaques et représailles sur toute l’étendue de la région à l’effet d’éviter les violences intercommunautaires, de favoriser la reprise des activités agricoles et de transhumance et le retour des déplacés ; d’instaurer une synergie d’actions entre groupes d’autodéfense Peulh et Dogon en vue de mettre hors d’état de nuire les groupes incontrôlés opérant au centre ; de rappeler l’Etat malien à son rôle régalien de défense, de protection des personnes et de leurs biens et de pratique de bonne justice et d’une bonne gouvernance, facteurs de paix et de cohésion.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *