Défense et sécurité : La remarquable montée en puissance des troupes

La mise en application de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire, après son adoption par les députés à l’Assemblée nationale, a considérablement  renforcé les capacités de défense en armes, munitions et véhicules, des forces armées et de sécurité du Mali. La montée en puissance des troupes explique toute l’importance de la LOPM.

Avec la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire, votée par les députés en mars 2015, la réforme des forces armées et de sécurité du Mali est en marche.

soutien armee malienne fama soldat militaire logo

Minutieusement élaborée, la LOPM a été adoptée par les élus de la nation pour doter notre pays d’un outil de Défense nationale capable de relever des défis, tant, au plan sécuritaire qu’institutionnel.

Restructuration profonde des forces armées et de sécurité

Fruit de la volonté politique du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire se traduit par une restructuration profonde des forces armées et de sécurité, permettant le renforcement des capacités opérationnelles des troupes.

A travers cette réforme majeure au sein de l’Armée, le Chef de l’Etat veut doter le Mali d’un formidable outil de défense, avec des moyens nécessaires pour permettre d’assurer à la grande muette sa mission régalienne.

Plus de mille milliards de FCA en 5 ans

Allant de 2015 à 2019, le projet de loi d’orientation et de programmation militaire a été adopté à l’unanimité des Députés de l’Assemblée Nationale. Il prévoit un immense investissement pour l’armée malienne, d’un montant de 1.230.563.972.349 francs CFA.

Initiée par le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, la LOPM est l’aboutissement d’un long processus enclenché suite à la crise sécuritaire de 2012 par des audits conjointement faits avec l’EUTM depuis 2013.

La Loi de programmation militaire prévoit l’équipement, la formation et l’amélioration des conditions de vie des militaires.

En 2015,  le Colonel Abdoulaye Sidibé du MDAC disait, s’agissant de l’équipement des militaires, que « la priorité a été donnée à l’Armée de l’air avec l’acquisition d’une vingtaine d’avions militaires dont des avions de transport de troupes, des hélicoptères de manœuvre, d’appui feu et des avions d’attaques au sol. Les appareils actuels vont être aussi réparés dont des hélicos MI24, l’hélico Z9 de manœuvre ainsi que deux avions MARKETI.»

Solution pertinente pour l’Armée malienne

La LOPM est une solution pertinente pour l’Armée malienne en raison du fait qu’elle prend en compte tous les efforts visant le renforcement des capacités des forces de Défense et de sécurité.

Selon un haut cadre de la grande muette, la LOPM a été beaucoup murie pour la réussite de l’armée malienne.

Dans ce cadre, il y a eu l’acquisition de deux nouveaux aéronefs. Il s’agit de l’avion de transport CASA 295 et d’un hélicoptère de transport Super Puma.

Le budget colossal (1.230.563.972.349) prévu pour la mise au top des militaires maliens est réparti entre divers volets.

Ainsi, 598.785.583 FCFA seront dépensés pour les investissements et 577.348.718 FCFA pour le fonctionnement, tandis que 387.838.048 F CFA seront alloués au personnel.

Faire face à un conflit majeur sur le territoire national

 A court et long terme, la loi d’orientation et de programmation militaire permettra aux Forces Armées et de Sécurité du Mali de faire face à un conflit majeur sur le territoire national.

Elle permettra à la structure de commandement de coordonner le processus d’atteinte des objectifs fixés par l’Etat au plan militaire et de contribuer à la protection des populations et de leurs biens.

Constatant la recrudescence des attaques terroristes, conformément à la LOPM, le ministère en charge de la sécurité et de la protection civile  a créé une unité d’élites: la Force spéciale antiterroriste (FORSAT). Les interventions spontanées de cette unité a permis de venir à bout de beaucoup d’attaques terroristes dont celle de campement Kangaba en périphérie de Bamako.

Ousmane MORBA

 ……………………..

 

STATUT GENERAL DES MILITAIRES

 Une autre raison de mourir pour sa patrie

 

karim keita president commission defense visite camp armee militaire fama soldat

 Mesurant la portée réelle de l’ultime sacrifice des forces armées et de sécurité pour la défense de la patrie,les Députés de l’Assemblée Nationale, en plénière, en mai dernier, ont voté à l’unanimité un projet de loi de ratification de l’Ordonnance n°2016/16/P-RM du 18 août, portant Statut Général des Militaires. Cette mesure de garantie prise par le gouvernement a énormément requinqué les troupes.

 Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tièna Coulibaly, a défendu le projet de loi devant les Députés, à l’Assemblée nationale. Lesquels l’ont voté à 106 voix pour, 0 contre et 0 abstention. Accordant, ainsi, le Statut Général aux Militaires.

Dans cette nouvelle loi, il est prévu le recrutement des militaires en fonction d’un contrat. Toutefois, il faut rappeler que le militaire servant sur la base d’un contrat est celui qui est admis dans les armées et services pour une période déterminée et renouvelable.

Cependant, l’engagement initial ne peut être inférieur à 5 ans dont une période probatoire d’un an.

Le Statut Général des militaires complète les grades de la hiérarchie générale dans l’armée et précise les conditions de recrutement, les règles d’exercice des droits civiques et politiques. Il définit, également, les obligations et responsabilités, les modalités de rémunération et de couverture des risques.

Renforcer la prise en charge des familles

 Le projet de loi voté par les Députés à l’Assemblée nationale prend en compte la discipline, la notation, la formation, les modalités de nomination et d’avancement ainsi que les positions statutaires des militaires.

Toute chose qui, selon les Députés, mérite d’être considérée comme une avancée notoire dans la vie des militaires et une première au Mali.

Aussi, ce projet de loi renforce le dispositif institutionnel de prise en charge des militaires ou de leurs familles en temps de crise.

Pour le ministre de la défense et des anciens combattants, Tiéna Coulibaly, « la mission d’une armée est de préparer et d’assurer, au besoin, par la force des armes, la défense de la patrie, de la forme républicaine de l’Etat, des acquis démocratiques et des intérêts supérieurs de la Nation. »

Dix ans de salaire versé à sa famille

L’importance pour le Ministre c’est que ce projet de loi apporte une innovation portant sur les ayants droit du militaire décédé sur le théâtre d’opération ou en service commandé.

En effet, les ayants droit du militaire décédé pourront bénéficier d’une indemnité forfaitaire mensuelle calculée sur la base de l’indice maximal du grade immédiatement supérieur, rapportée à la valeur indiciaire. Ils continueront de bénéficier cette indemnité jusqu’à leur majorité.

Le vote de ce projet de loi, selon le ministre, autorise le versement à sa famille, dans les trois mois qui suivent le décès d’un militaire, une autre indemnité forfaitaire égale à dix ans de salaire calculée sur la base de l’indice maximal du grade immédiatement supérieur.

Il faut noter que le vote de ce Statut Général des militaires apporte un changement notoire dans le corps des armées, car, il ressort que nul ne peut être Général s’il n’a pas suivi et terminé un cycle d’enseignement militaire supérieur, scientifique et technique et, éventuellement, universitaire (du troisième cycle).

 

Ousmane MORBA

L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *