COUP D’ÉTAT DU 18 AOÛT 2020 : L’ACHARNEMENT DE L’INTIME ÉNNEMI

«Prêcher du faux pour savoir le vrai», semble être depuis le sport favori de certains en quête d’infos sur les événements du 18 Août 2020 au Mali. Après avoir épuisé leurs pseudo-expertises, ils ont entrepris autre chose : commander des articles sur les réseaux sociaux pour fabriquer de faux scénarios sur les auteurs du coup d’État contre le Président IBK.

Du vrai Kotèba national.Dans cette trame, un papier bidon publié récemment sur les réseaux sociaux, sous le mur d’un faux profil signé Samaké Yaya Sam, ce dernier accuse encore et encore l’ancien patron des services de renseignement le Général Moussa Diawara d’être l’instigateur du putsch pour éviter d’être évincé de son poste par le président IBK. Or on se souvient de la sortie du journaliste Abdoul Niang ( jamais démentie) sur le coup d’État et ses auteurs dans un passé récent. En continuant la lecture de ce machin signé Yaya Sam, on a l’impression d’être dans des petites histoires d’Agatha Christie sauf que cette brillante intellectuelle anglaise a la clarté de tirer ses récits sur de la fiction. Notre analyste des plus ombrageux s’essaie à comprendre et faire comprendre la lecture qu’il fait des événements du 18 août 2020 et de tout ce qui s’en suit jusque-là. Il aurait été bien compris et pris au sérieux s’il avait mis tout ça au conditionnel comme nombre de Maliens le font en toute démocratie. Mais le mode utilisé par notre faux procureur ne laisse pas de place au doute… M. Maïga alias Samaké affirme pour avoir lui-même été auprès des auteurs du coup et l’avoir planifié et exécuté avec eux.En effet, en faisant allusion à un rapport publié en juillet 2020 par des faux experts de l’ONU accusant honteusement certains officiers maliens dont les généraux Moussa Diawara et Keba Sangare d’être un obstacle majeur pour l’application de l’accord d’Alger et impliqués dans le trafic de drogue au Nord, il se prend à son propre piège.Le but de ce faux rapport était de fragiliser l’ancien DG de la Sécurité d’Etat (le seul rempart à l’époque du régime d’IBK) contre ses ennemis tapis dans l’ombre. Or quelques jours après les événements du 18 Août 2020, le temps a blanchi les deux généraux avec la publication cette fois ci du vrai rapport de l’ONU sur le Mali sans un mot concernant nos deux valeureux officiers. Et preuve avait été établie de l’identité de ceux qui étaient à la base de ce rapport dont notre mystérieux complice des putschistes qui se pare du nom de sa famille maternelle. Le jeu de Samaké, l’éternel comploteur ayant été découvert très rapidement mais les Maliens n’avaient que leurs yeux pour pleurer cet énième complot contre leur pays. Aussi, le piètre metteur en scène qui n’est autre que son propre frangrin complète sa comedia dell arte en imputant une supposée déclaration au Général Diawara qui aurait dit ceci: » tant que je suis vivant, aucun militaire n’ira en prison pour détournement de l’argent du contribuable malien ». Lamentable !Ce qui est paradoxal c’est le propre frère de lait de l’auteur du torchon qui est mis en cause dans le dossier de détournements des sous de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM) de façon formelle devant la justice. Et M. Abdoul Niang a expliqué le montage grotesque de ce dossier des généraux dans sa sortie par SBM toujours dans le dessein de manipuler l’opinion contre eux. Mais peine perdue comme il a été dit et redit, cet ancien ministre devenu Premier ministre, tigre paraît-il édenté, par la suite n’a-t-il pas intérêt à préparer sa défense avec sérieux que de s’adonner à accabler vainement son intime ennemi ? Toujours sur le même registre, il essaie d’expliquer l’échec du M5-RFP et de le défendre. Si les acteurs du M5-RFP qu’il semble défendre n’ont pas réussi à mettre le pays en coupe réglée, c’est tout à fait à la résistance d’autres Maliens plus patriotes que l’on doit cela. Ce qu’ils auraient fait du Mali est passé du rêve au cauchemar car Dieu ne donnera à personne le loisir de se jouer du Mali et des Maliens. Une alliance de sorciers ne peut aboutir qu’à une scène de sarcophage et de cannibalisme.Enfin, dire que le vice-président de la Transition va démissionner pour se présenter aux futures élections présidentielles relève d’un procès d’intention du commanditaire de l’article en question car il est tellement obsédé par 2022 qu’il serait atteint de complite aigüe.En conclusion on se dit que l’objectif recherché par ces faux prêcheurs est de savoir, comment ils ont échoué dans leur tentative de coup d’Etat contre le président IBK aux premières heures du 18 Août 2020.Alors Maïga alias Samaké, posez cette question aux membres du CNSP pour amples informations au lieu de continuer à en vouloir au Général Diawara qui sait vous répondre d’homme à homme… nul ne fait l’unanimité mais il est temps d’arrêter cet acharnement contre un homme qui n’a rien demandé à personne et qui continue à garder la posture de loyauté envers le pays qui sied dans le contexte qui est aujourd’hui celui du Mali. Toutes choses que votre ambition mortelle ne peut appréhender.Au peuple malien de comprendre que toutes ces entreprises sont le fait d’un homme et son clan qui des années durant n’ont de cesse de mentir et de vouloir conquérir le pouvoir d’État par la politique de diviser pour mieux régner. Malheureusement pour eux tout le monde connaît leur mode opératoire même le M5-RFP.

Khaled Hassane Salam

 

Source: EchosMédias

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.